P&Co, PLONGEE DANS L’ESPRIT DU TATOUAGE DE RUE LONDONIEN

P & Co

P&Co est une jeune marque de vêtements britannique issue du mélange entre la couture anglaise traditionnelle et les influences street modernes.
Fondée il y a tout juste un an, P&Co se repose sur 3 grands piliers que sont l’honnêteté, la qualité et le fractical, a savoir une mode pointu mais qui se veux pratique pour le quotidien.
Les deux créateurs du label, Adison Rudall et Lee Timms, visent des hommes conscients de leur style et soucieux de paraître élégants en société tout en gardant une touche de simplicité.

Brush

Brush

Cette collection s’inspire de la culture de tatouage et il est vrai que le domaine attire l’intérêt de nombreux créateurs, tout particulièrement ces derniers temps! A cela s’ajoute l’esprit artisanal et un style vintage certain permettant à chaque pièce de sortir du lot et de refléter les valeurs de la marque.

P & Co

Shadowskull

Shadowskull

Unlovable Icons

Si les tee-shirt noirs et blancs se contentent de détails minimalistes, la série des Butterfly Prints laisse libre court à une harmonie de couleurs rappelant celui des plumes d’oies et autres animaux de la basse court.

Peacock

Peacock

Butterfly

Butterfly

Parrot

Parrot

Parmi les petits plus présents au catalogue, LaNicheDuRenard apprécie surtout les objets boisés tels le peigne Wooden Comb ou encore les coques pour téléphones intelligents Living is Easy et Shadowskull reprenant les motifs déjà vus plus haut sur textile.

P&Co P&Co P&Co

En bonus, pour vous fondre dans l’univers de la marque, la vidéo The Unlovable Heartbreaker met en scène le modèle Ricki Hall ainsi que le tatoueur Adrian Cipollone de chez KING’S CROSS TATOO :

Publicités

LA BOUTIQUE ARTISTIQUE DE CYRIL LE VAN

À première vue, on peut s’imaginer faire face à une grande collection de pièces vintages classiques de la garde robe streetwear masculine de ces dernières décennies. Mais, en y regardant de plus prés, on se rend compte que la réalité est plus complexe … et surtout qu’il s’agit d’une belle tromperie ! C’est autour de cette illusion crée au sein d’un espace factice que l’artiste CYRIL LE VAN a bâtit son exposition intitulée Very Fake Store.

Plasticien français, son travail questionne les rapports entre la société et les individus, brouillant les limites entre art et culture populaire afin de retranscrire le malaise identitaire de notre société abreuvée de logos et d’images.

Les œuvres, qui seront présentées à partir du 27 Novembre chez SERGEANT PAPER, représentent des objets de la vie quotidienne, symboles d’une appartenance à un groupe, d’une identité sociale, culturelle, ou caractéristique de notre époque.

Pour créer ses objets factices, Cyril le Van photographie sous tous leurs angles des tee-shirts Adidas, des sneakers Nike, des sacs Vuitton … puis les imprime sur un support rigide et enfin les « remonte » à l’aide de coutures vulgaires ou d’agrafes disgracieuses.

L’exposition est réalisée en partenariat avec le magazine DEDICATE qui fête son 10ème anniversaire ainsi qu’avec l’agence de production artistique PROPOS D’ARTISTES.

LE TEE SHIRT A LA MODE OLD SCHOOL CHEZ STEPART

Si la mode a acquis depuis longtemps sa place au sein du milieu artistique, c’est désormais l’art qui est en train de coloniser le textile, allant jusqu’a s’y afficher tel quel. Certaines marques s’attèlent à faire le pont entre ces deux mondes comme c’est le cas avec STEPART : voila plus de trois ans que l’équipe, composée par deux amis d’enfance, invite de jeunes artistes graphistes, peintres et dessinateurs pour créer une où plusieurs séries de tee-shirts originaux. Un concept que l’on pourrais apparenter au principe des crossings qui fleurissent ces temps-ci.

À la lecture de leur lookbook, nous repérons un trait de caractère commun que nous partageons entièrement à LaNicheDuRenard via notre ligne éditoriale : « dénicher les talents pour les faire découvrir ».

Véritable label français, StepArt accorde une grande importance à la qualité de ses produits (fabriqués au Portugal) tissés avec un maillage particulièrement serré pour apporter un touché plus agréable. Un effort est également perceptible sur la coupe des T-shirts qui est spécifique à la marque, à la différence d’autres marques du domaine ! Visuellement, la part belle est faite aux typos vintages et aux motifs éclectiques qui varient en fonction du thème de travail propre à l’artiste.

Voici deux artistes que LaNicheDuRenard a particulièrement appréciés :

CAMILLE LAVAUD, artiste française voguant entre graphisme et édition. Elle entama sa pratique d’illustratrice en tant que copilote du bibliobus de son grand père. Sa proposition de faire un petit « Weekend à Rome » grâce à une illustration, nous plonge dans l’ambiance « banana split » de la scène night-clubs des 70’s, claquement de doigts et cheveux gominés en arrière inclus!

– Le japonais de FRENZY WORKS  nous emmène lui en Amérique latine à la rencontre de l’iconographie  religieuse mexicaine pour nous offrir une interprétation à la fois graphique et décalé de La Santisima de Guadalupe.

Le second modèle, intitulé La Lucha, s’intéresse à ce spectacle  très populaire dans le pays et qui se résumerai comme une sorte de mélange entre combat, burlesque et habits colorés. Le cliché du masque de luchador est remarquablement évité au profit d’une illustration dynamique.

Sweat-shirts et foulards viennent compléter la gamme du label.

Prix moyen pour les Tee-shirts : 35 euros / 65 pour les sweats.

ÉTÉ 2012 : LES BROGUES C’EST BIEN, LES BUCKS C’EST MIEUX !

Pour un été chic en ville quoi de plus agréable que d’être bien chaussé ? Vous sirotez en terrasse une bière fraiche ou une menthe à l’eau, chemise ultra légère en popeline de qualité, chino retroussé à peine plus haut que la cheville, c’est vos chaussures portées nus pieds qui ferons toute la différence. Sur ce sujet qui divise, LaNicheDuRenard vous conseille pour un meilleur confort, le port de socquettes invisibles que vous trouverez chez TOPMAN (en suivant ce lien).

Vos précieuses brogues, qui firent fureur cet hiver restent une sérieuse option pour flaner au soleil, mais nous préférons cependant la bucks, qui par son style épuré, sans bouts fleuris ni fioritures, simplifiera au mieux votre silhouette de dandy estival.

LaNicheDuRenard vous offre un panaché haut de gamme de bucks et brogues, pour parcourir le bitume brulant avec une élégance entre le preppy et le vintage. Les américains de chez MARK MCNAIRY qui font de la bucks leur fer de lance depuis quelques temps déjà restent en haut de l’affiche dans ce domaine … C’est pourquoi l’essentiel de notre sélection se portera sur cette marque tendance.

Marre des bucks à semelle orange ? MARK MCNAIRY vous a entendu et propose cette paire à semelle bleue pour faire la différence. (à porter en toutes occasions !). 239€ chez Zalando.

La variante brogue existe aussi, toujours chez MARK MCNAIRY, avec semelle jaune pour plus d’impact. (effet ARTY garanti !). 269€ toujours chez Zalando.

On retrouve sur le Norse Store d’autres coloris pour les bucks MARK MCNAIRY qui valent vraiment le détour. 283€ pour le modèle STONE, et 256€ pour le modèle GREY.

TRICKER’S collabore avec NORSE PROJECTS et apporte à la marque streetwear une touche « chic britannique » à cette superbe paire de brogues à semelles plates. 418€ sur le Norse Store.

Simples et classiques, ces derbys CHURCH’S pourront se porter dans un style workwear, et nous ne saurions que trop vous conseiller de jeter un oeil sur le site de BLEU DE PANAME pour compléter votre look. 300€ chez Très Bien Shop.

ACCESSOIRISEZ VOUS CET ÉTÉ AVEC MIANSAI

Créée il y a maintenant 3 ans, MIANSAI est la contraction du nom de son créateur Michael Andrew Saiger. Le jeune new-yorkais de 26 ans, diplôme en poche et après de nombreux voyages et une carrière de mannequin, lance sa propre ligne de bijoux, simples et originaux, qui viennent apporter un vent frais dans le domaine de l’accessoire mode.

Passionné par les antiquités et les vieux objets (sa mère était antiquaire), Michael Saiger porte une attention particulière aux pièces vintage et à la fabrication traditionnelle à la main. Reliques de guerre, balles de la seconde guerre mondiale auxquelles sont associées des métaux précieux tels que l’or, l’argent et le bronze apportent un style militaire, auquel vient s’adjoindre l’utilisation du nylon, donnant une touche nautique à la collection du créateur. Les bracelets munis d’hameçons sont sans équivoque le coup de coeur de LaNicheDuRenard … Parmi les produits présentés dans la ligne, on retrouve des bracelets munis d’ancres ou de crochets métalliques, des colliers incorporant des médailles de guerre, des porte-clefs en cuir tressé, des chapeaux panama aux coloris personnalisables … (il y en aurait presque pour tout les gouts si l’esprit de la marque n’était pas si bien contenu)

L’utilisation d’objets chinés rend certaines pièces uniques. Le style épuré, bien pensé ainsi que la large gamme de couleurs proposée par MIANSAI rendent cette marque tendance et originale.

On retrouve actuellement une sélection de certains modèles chez Colette et sur son e-store.

LE STYLE MILITAIRE DES ANNEES 50 PAR GARBSTORE

C’est en 2007 que Ian Paley (photo) donne naissance à la marque GARBSTORE. Les compétences qu’il a acquis précédemment chez Paul Smith et Thomas Burberry lui forgent la vision précise d’une collection intemporelle de vêtements d’inspiration vintage.

La philosophie du label GARBSTORE est enracinée dans l’histoire du vêtement produit après la Seconde Guerre Mondiale. Des  vêtements familiers qui font référence au passé mais en injectant une touche de modernité.

Basée dans le quartier de Notting Hill non loin de Portobello Road, la marque a acquis une solide réputation et beaucoup de respect au cours des dernières saisons en Angleterre mais aussi à l’étranger. Surtout grâce à ses denims et les pantalons de haute qualité combinant matériaux époque et actuels.

Au fil des saisons, la marque a intégré d’autres pièces de style vintage tels que des pulls molletonnés, des cardigans universitaire et des t-shirts nervurés que l’on retrouve dans la collection été 2012. Tout y est pour nous plaire : L’attention du détail, les coupes étudiées, les tissus de qualité haut de gamme et les couleurs chinées utilisés en font une marque affirmée dans le domaine.

LaNicheDuRenard aime la Veste d’été de Paysan (en français dans le texte !) en coton matelassé, fabriqué à partir de lin tissé japonais avec une bande de rayure façon provençale. Auquel s’ajoutent des boutons trois trous en bois, une doublure en chambray ainsi qu’un zip vintage.

A savoir, une attention particulière est accordée à l’emballage des commandes. Des grands-pères (résistants?) s’occupent de préparer les livraisons de la boutique en ligne.

ALLSAINTS OU L’ESPRIT ROCK PAR EXCELLENCE

Fondée en 1994 en plein cœur de Spitafields à Londres, La marque ALLSAINTS se fait connaître avec une collection masculine aux allures chic et rock, fortement influencée par la scène rock des 60’s aux 80’s. Les premières collaborations de la marque avec des groupes tels que U2, Stereophonics, Kelis et The kings Of Leon montrent l’intérêt d’Allsaints pour l’univers musical. Plus tard, ce sera The Kooks, Pete Doherty et Agynesss Deyn (pour ne citer qu’eux) qui deviendront les portes étendards (plus ou moins informels) de la marque au logo de crane de bélier.

La marque lance en 1998 sa première collection femme, et s’installe la même année dans sa première boutique parisienne.

Coté style, on oublie les couleurs vives et on se focalise sur les tons naturels, salis, déstructurés. Les gris, marrons, beiges, noirs et blancs constituent leur charte chromatique depuis toujours.

Les lookbooks mettent en valeur et inspirent l’homme branché, adepte d’un style non conventionnel et affirmé.

On remplacera les sandales par des chaussures montantes de type Clarks que l’on portera sans chaussettes. (Comprenez : avec des socquettes qui ne se voient pas)

Comme toujours chez Allsaints les vêtements dans le plus pur esprit rock, se portent prêt du corps.

Pour l’été 2012, la marque laisse de coté les têtes de mort et s’offre un peu de fraicheur avec des motifs floraux et couleurs pastels, tout en conservant son identité grâce au coté usé et vintage. (On adore vraiment) !

Un beau choix de débardeurs, qui reviendront en force cet été en version oversize, est également présente sur le site. (À ne surtout pas prendre moulant si vous ne voulez pas ressembler à un culturiste narcissique) Les tenues sont simples et semblent aller à tout le monde. Tendances mais intemporelles ; comme si elles avaient traversé les époques et aspiraient à une nouvelle vie …

Parlez de Allsaints sans une parenthèse sur leurs tee-shirts graphiques serait indécent. Les références indiennes, morbides voire sataniques, sans oublier un certain bestiaire d’animaux de mauvaise augure ne manquent pas de confirmer la place de la marque dans l’univers pop-rock vintage un brin trashisé.

En voici une petite sélection.

Le rapport qualité/prix est très cohérent, pas forcément donné mais justifié par les belles matières et un soucis de confection et de qualité sans précédent : Vous compterez environs 40€ pour un tee-shirt graphique, 90€ pour une chemise ou pour un jean.

A noter les très régulières promotions proposées sur le site qui vous permettrons de chopper des pièces jusqu’à -50%. Inscrivez vous à leur newsletter pour en être informés!

ROBINSON LES BAINS OU LA VIE SAUVAGE …

Douces joies que d’animer un blog : Voilà maintenant 5 mois que nous avons créé LNDR, et nous commençons à recevoir de petites attentions de la part de certaines marques.

Aujourd’hui c’est Robinson Les Bains qui nous offre de découvrir l’une de ses pièces haut de gamme, réservée aux activités aquatiques : un slip de bain ! Nous ne vous mentirons pas, nous ne connaissions pas la marque. Mais c’est un vrai coup de cœur tant le style et la qualité semblent êtres les règles d’or de cette maison !

Alors qui est derrière Robinson Les Bains ?

Nous découvrons le CV du créateur de la marque, Christophe Vérot ; plus de dix ans dans la mode au service de maisons telles qu’ HERMES, VICTOR & ROLF, DIOR HOMME et PIERRE HARDY. (rien que ça !)

Pour la petite histoire, Christophe Vérot est joueur de water polo et grand voyageur, et ne trouve pas de maillot à son goût qu’il puisse porter en toutes circonstances. Le choix y est trop limité. C’est alors qu’il décide de créer une première collection inspirée des uniformes sportifs universitaires américains des années 50 et 60. La tradition veut que ces universitaires, une fois leur diplôme en poche, partent découvrir le monde … et c’est dans cet esprit que les collections sont imaginées : l’idée étant de porter les vêtements même en hiver, au sport et après l’effort.

Pour ce qui est de notre petit cadeau, voici ce slip de bain que nous découvrons, soigneusement emballé dans du papier de soie, à l’intérieur d’un carton estampillé du logo de la marque … Nous vous laissons le découvrir en photos :

Il semblerait que les idées révolutionnaires qu’affiche Le Slip Français depuis quelques temps portent leurs fruits. Et nous ne serions pas étonnés de voir sur les plages, cet été, un grand retour du slip : mettant ainsi à l’honneur votre silhouette en optimisant un bronzage sans marques, à l’opposé de l’esprit skateboard des shorts de surf trop longs.

Nous retrouvons l’esprit French Riviera un peu rétro, retour d’une élégance sur sable doré, et qui prendra plus de sens encore, en bord de piscine ou sur un bateau si vous en avez l’opportunité.

Le soucis du détail est vraiment maitrisé. Allant jusqu’aux bouts métalliques des cordons de serrages ; semblables à des pièces de cuivre.

Pour les sceptiques, un large choix de maillots shorts aux coupes très étudiées, est également proposé sur le webstore de la marque.