LE PULL AU MOTIF RENARD, PAR AUBIN & WILLS

C’est un Renard très distingué, vêtu d’un haut de forme avec monocle et foulard qui sert d’emblème à AUBIN & WILLS depuis sa création. Cet animal, qui nous est aussi très cher ici, à LaNicheDuRenard et que nous affectionnons comme il se doit, reflète l’essence même de la marque britannique empreinte d’un fort héritage traditionnel.

Le lookbook de la saison Automne/Hiver 2012 plante le décor dans la forêt embrumée avec étang d’hiver, arbres verdoyants et pluie généreuse. Une collection rustique qui regorge de basiques aux formes classiques pour cet l’hiver. Une approche traditionnelle du style qui permet de garder une présence respectable au fil des saisons.

On nous avait prédit un hiver animal, le voila qui pointe son nez ! Surfant sur la tendance actuelle, ce pull qui affiche le canidé en grande taille sur le devant du vêtement est certainement la meilleure vitrine qui puisse, pour le label anglo-saxon. Une pièce douillette en laine mérinos, sans fioritures est donc une sérieuse option pour afficher sa dose d’originalité tout en restant portable au quotidien.

LaNicheDuRenard ne saurait que trop vous conseiller de l’associer à une veste matelassée de type LAVENHAM (dont nous parlions précédemment) pour un look automnal frais et audacieux.

Pour compléter cette ligne qui conserve le Renard pour objet central, AUBIN & WILLS propose le Tee-shirt Farleigh avec son imprimé noir sur fond blanc (qui n’est pas sans rappeller ceux de la parisienne Charlotte Sometimes) ainsi que le Darras Handkerchief, foulard en popeline de coton réalisé à la main au Royaume-Uni sur un tissu premium, et qui se glissera à merveille dans votre blazer ou autour de votre coup pour les plus aristos !

Publicités

WOOD WOOD X BARBOUR : LA BEDALE RÉINTERPRETÉE

Photographie : Nikolas Ventourakis / Stylisme : Alex Petsetakis

Pour célébrer leur 10ème anniversaire, les danois de WOOD WOOD s’offrent une collab de prestige avec la marque anglaise emblématique BARBOUR. Sur la lancée de leurs derniers crossings vestimentaires du début de l’année, à l’instar de  la ligne capsule de sacs pour EASTPAK, le label scandinave remodèle à sa sauce la fameuse veste en coton cirée Bedale. Détournée depuis quelques années de son usage équestre, cette veste est venu progressivement coloniser les rues des grandes capitales européennes.

Le choix d’un classsique de la garde robe du grand-père par le créateur Brian Jensen n’a rien d’étrange : il va puiser dans le label anglais des caractéristiques fortes, comme la solidité du produit, l’équilibre entre touche contemporaine et patrimoine de l’étiquette, et la filiation qui se crée entre générations autour de l’objet (grand-père > père > fils …).

Chaque veste a la capacité de vieillir différemment selon la façon dont elle est portée et usée par son propriétaire, créant un attachement très fort à l’objet et créant un look quasiment inimitable.

Nous voila donc face à une veste à la coupe ajustée pour être plus prés du corps, au col légèrement plus petit et aux poches renforcées. Les empiècements en cuir de couleur plus sombre contrastent avec la dominante verte foncée/olive (couleur traditionnelle de la pièce).

LaNicheDuRenard vous conseille d’y garder un œil attentif, il se pourrait qu’il vienne à votre moitié l’idée saugrenue de vous la subtiliser …

LA FRAICHEUR NORDIQUE PAR HAN KJOBENHAVN

La contrée nordique est un habitat naturel que LaNicheDuRenard affectionne beaucoup pour aller y chasser son lot de nouveautés rares et de curiosités. HAN KJOBENHAVN fait partie de cette catégorie : en combinant l’esthétique danoise traditionnelle avec celle plus turbulente de l’univers des ouvriers danois, la marque aboutit à un caractère marqué qui se reflète dans l’intemporalité des produits.

L’aventure débute en 2008 autour de la fabrication de montures qui glisse progressivement vers une collection de vêtements, tout en gardant un œil attentif sur sa ligne de lunettes. Si le nom de HAN fait désormais partie du paysage au Danemark, elle reste encore confidentielle, à l’extérieur des frontières.

Inspirés à la base par la culture japonaise du travail et celle américaine des années 50, les créateurs élargissent  leurs références au fil des années pour concevoir des pièces plus originales et personnelles.

La collection Automne-Hiver 12/13, bien ancrée dans l’air du temps, fait preuve d’une cohérence exemplaire et rend hommage à ses prédécesseurs. Les vêtements sont agréables et d’une grande qualité. Une attention particulière est accordée à la fonctionnalité ainsi qu’aux détails.

Thème récurrent ; la couleur bleue est déclinée sous toutes ses formes et s’allie au blanc et aux teintes kaki.

La chemise Army, basée sur une coupe des années 50 de l’armée américaine, utilise un tissu de coton moucheté luxueux, ajoutant une touche de douceur au vêtement.

La veste Marine rayée est quand à elle fabriquée avec un coton sergé lourd, auquel s’ajoutent deux poches plaquées, ainsi que deux autres poches poitrine avec fermeture par boutons et un onglet en cuir au nom de la marque.

LaNicheDuRenard aime le sweat col rond bicolore bleu marine et bleu clair chiné. HAN se démarque par l’attention portée aux détails, que l’on retrouve sur les revers au niveau des manches et du col, ou encore sur le choix d’un jersey de coton premium.

Pour compléter la silhouette, LNDR vous conseille les lunettes de soleil Army Tortoise, inspirées des modèles classiques de chez MOSCOT, PERSOL, ou encore RAY BAN, dotés de verres de qualité Carl Zeiss et avec des formes toutes en rondeur.

C’est avec une vidéo des plus inattendue que s’est faite la promotion de cette collection. Casper Balslev (connu pour ses clips de Marina & The Diamonds) est derrière la caméra et impose son style photographique distinctif, n’hésitant pas à faire tenir le rôle à des sans-abris castés dans les rues de Copenhague pour nous plonger dans l’enfer d’une soirée.

Quel plaisir que de voir une marque aller jusqu’au bout de ses idées. Et il est d’autant plus intéressant de remarquer l’absence de packshots et autres focus sur la marque. L’accent est mis sur l’aspect et la convivialité, laissant au spectateur l’envie de faire partie de l’univers.

Pour info, une grosse partie de la collection est disponible sur le site de vente en ligne END CLOTHING.

BARENA VENEZIA REVISITE SON PATRIMOINE VESTIMENTAIRE

Direction l’Italie et plus précisément Venise pour vous parler de BARENA VENEZIA. Pas de séjour romantique en vue mais tout simplement une marque que LaNicheDuRenard est allé dénicher pour vous comme à son habitude.

Fondé en 1961 et basé dans la cité des doges, BARENA VENEZIA est fortement inspiré par le patrimoine de la ville. Les trois héritiers du fondateur, Massimo Pigozzo, Giovanni Zara et Francesca Zara accordent une attention particulière à la culture locale, à la tradition, et bien évidemment aux textiles lors de la création de chaque collection. Le nom de la marque vient du terme vénitien baro qui signifie une lagune d’eau salée comme celle que l’on retrouve aux abords du canal grande.

La marque propose des produits simples, restructurés pour répondre à une variété de styles personnels. Une simplicité loin d’être sans caractère grâce aux nombreuses recherches sur les codes vestimentaires traditionnels du Venise d’antan (tirés d’ouvrages anciens référencés dans les musées et marchés d’antiquaires). De plus, la volonté de soutenir la culture textile qui a longtemps été la marque du commerce de l’Italie du Nord, pousse à l’utilisation de textiles naturels de haute qualité à partir de laines issues de prestigieuses usines italiennes.

Qualité et longévité sont les maitres mots qui définissent le label vénitien.

LaNicheDuRenard aime le duffle-coat à col châle coupé dans une toile de lin style denim délavé. Les attaches sont fabriquées à partir de bois de pin. À l’intérieur, le tissu de couleur bleu marine contraste avec le tissu extérieur.

CUIRS ET TRADITIONS, PAR ASHDOWN WORKSHOP CO.

Après notre récent article sur Ally Capellino, nous retournons faire un tour sur le territoire anglais avec une marque venant de la région du Sussex : ASHDOWN WORKSHOP CO.

Et c’est un véritable Love at first sight de la rédaction pour ce jeune artisan indépendant qui prend son travail au sérieux. Un rapide coup d’œil à sa première gamme de produits a attiré notre attention, justifiée par de très bons arguments :

Tout d’abord, le mode de fabrication entièrement à la main sur tous les articles en cuir, chose qui est devenue très rare aujourd’hui. (et quasiment réservé qu’au secteur du luxe)

Puis une très grande attention apportée aux détails, autant sur la coupe que sur les coutures. L’entreprise familiale travaille le cuir avec des outils traditionnels (pas de pièces en plastique où de cutters Stanley dans les parages).

Atelier Ashdown s’est donné pour leitmotiv de créer une maroquinerie de qualité, propre, et avec une touche de modernité.

Cette première collection a été lancée il y a tout juste quelques mois et on y retrouve des portefeuilles de différents formats, étuis iPad, ceintures, et autres petits accessoires. Ashdown workshop ne compte cependant pas en rester là et prévoit de développer d’autres produits, y compris des accessoires qui lient l’amour de la marque pour la photographie avec des étuis et des sangles pour appareils photo, avec l’envie à terme de courtiser la clientèle avec sacoches et autre bagages.

N’hésitez pas à mettre la main à votre porte-monnaie pour un produit qui devrait vous durer de nombreuses années…