DRIES VAN NOTEN : DERBY CAMOUFLAGE

On commence à savoir que les belges touchent quelque peu en stylisme, DRIES VAN NOTEN ne déroge pas à la règle avec cette superbe paire de derbys. Fabriqués en Italie à partir de cuir Brun brillant de première qualité, on apprécie le surpiqué ton sur ton (noir) des quartiers supérieurs et la ligne fluide et élégante qui supportera pratiquement tous les looks. Lui donnant une touche rock infaillible, la semelle camouflage justifie à elle seule tout l’intérêt que l’on porte à ce soulier. dvn-shoe-black-cammosoul005

dvn-shoe-black-cammosoul006

dvn-shoe-black-cammosoul002

dvn-shoe-black-cammosoul003

dvn-shoe-black-cammosoul007

Le site TrèsBienShop distribue ce soulier à un prix qui pourrait laisser sur le carreau bon nombre de jeunes apprentis rockers (!)

Publicités

DÉCOUVERTE LNDR : ADIEV PARIS

picture

© adiev-paris

ADIEV (Adieu Paris) est une nouvelle marque qui vient bousculer la scène de la chaussure de luxe branchée. Le label propose des modèles bien pensés, fabriqués avec le plus grand soin et dans le respect de l’authenticité. Les souliers sont fabriqués au Portugal alors que les semelles en crêpe sont faites et assemblées en France.

_DSC4888

C’est ces semelles épaisses, largement inspirées de la creepers et que l’on retrouve sur tous les modèles de la marque, qui offrent une identité propre et reconnaissable au premier regard. Loafers et desert boots montées sur cette semelle caractéristique constituent le fer de lance d’une collection authentique, inspirée des chaussures de la classe populaire anglaise des années 70/80 (les grosses années durant lesquelles punks et teddy boys brillaient par leurs looks étudiés).

_DSC4878

_DSC4886LaNicheDuRenard est allé rencontrer les deux créateurs dans leur boutique située au tout début de la rue d’Aboukir : Benjamin Caron, qui crée sa première paire de brothel creepers faites main vers la fin 90 suite à un apprentissage de la botterie, et Isabelle Guédon, ancienne assistante personnelle d’Alber Elbaz chez Guy Laroche puis Yves Saint Laurent, et responsable actuelle du secteur design textile de l’école des Arts Déco de Paris. Le premier apportant la culture rock et le coté mauvais garçon, la seconde à qui l’on doit la touche romantique et Parisienne de la marque.

La collection été arbore quelques couleurs audacieuses qui feront certainement la différence sur les pavés à l’arrivée des beaux jours.

_DSC4884Un des points essentiels de l’entretien abordé par la créatrice porte sur l’intérêt de créer des modèles qui durent, et ne se démodent pas à chaque saison. On retrouve un peu dans son discours un état d’esprit anti-fashion à la Rei Kawakubo ou Yoshi Yamamoto lors de leur arrivée en France au début des années 80. On espère que cette initiative soit reprise par un large panel de créateurs.

_DSC4877Détaché des contraintes marketing qui brident trop souvent la création, le duo se fait vraiment plaisir et le public adhère. COLETTE et LE BON MARCHÉ à Paris ne s’y sont pas trompés et distribuent d’ailleurs la marque dans leurs boutiques.

_DSC4875

_DSC4894Le duo a personnellement aménagé la boutique en s’inspirant des jardins d’hiver, créant une atmosphère de cabinet de curiosités. Rien n’est laissé au hasard et chaque élément est étudié, telles les boiseries empruntées au cadre de la photo des fameuses creepers de Benjamin qui trône dans la boutique.

Crédits photo : © Nicolas Sautel

DRAKE’S LONDON X FRED PERRY : BLACK CANVAS

Quand la très institutionnelle maison anglaise DRAKE’S LONDON s’associe à une autre marque du Royaume d’autant plus populaire mais avec une cible foncièrement plus jeune telle que FRED PERRY pour une collection capsule, on pourrait s’attendre au meilleur comme au pire. Et c’est le meilleur qui nous est proposé pour cette nouvelle ligne FW2012 avec comme fil conducteur la toile, naturellement appelée « Blank Canvas ».

Les classiques de chez Fred Perry tels que les polos, chemises et bombers sont classieusement agrémentés de détails sophistiqués, propres au savoir faire « hand made » de la sérieuse maison Drake’s London.

Le motif cachemire, très peu utilisé dans le prêt à porter au cours des dernières décennies mais incontournable revival des années 70, revient parsemé sur une trame de petits pois blancs, créant ainsi un motif graphique et maitrisé qui se décline en full print sur le premier polo ou en détails plus discrets sur les autres pièces. (on adore)

Des motifs hexagonaux toujours très « années 70 » dans les teintes jaunes et rouges sont quand à eux utilisés avec plus de parcimonie, rehaussant discrètement certaines pièces d’une pointe colorée.

Avec Fred Perry on surfe forcément sur la tendance skin/mauvais garçon, toujours en vogue cette saison, et on ne saurait d’ailleurs que trop vous conseiller de boutonner vos cols jusqu’en haut pour équilibrer votre look. Sinon les petits pois c’est simple, c’est cool, et ça marche …

La fameuse poche imprimée: nous en avons vraiment trop vu cet été sur de nombreuses marques de tee-shirts; vous faites selon vos envies, mais nous on laisse de coté …

Un foulard soyeux avec le fameux motif cachemire sur pois blancs… pour une touche très chic donc.

Pour compléter cette ligne frisant l’excellence, nous découvrons ce superbe modèle de brogues, bi-matière cuir/tissu à semelle en crêpe, qui s’immisce totalement dans l’esprit arty de cette hiver. Deux versions colorées pour deux styles opposés : La version noire fera l’affaire pour un look plus rock alors que la marron s’accordera à merveille sur un look de dandy streetwear. On aime vraiment les 2, mais on préfere le rock donc… on dit noir (!)

La collection, capsule mais accessible, est shoppable directement sur le site Fred Perry : ICI

ELLEN VON UNWERTH POUR 7000MAGAZINE

GIRLS JUST WANT TO HAVE FUN ?

7000Magazine, le fashion & art magazine, présente un film signé Ellen Von Unwerth. Le making off du shooting de l’ancienne mannequin et actuelle photographe de mode (depuis la fin des années 80) qui signe pour ce nouveau numéro la cover ainsi qu’un portfolio de 16 pages très sensuel sur le thème de la nuit, esprit cabaret, ne manque pas de spontanéité et d’audace !!

Les tops Lidi Kochetkova et Charlotte di Calyspo se dévoilent et jouent à travers l’œil avisé de la célèbre photographe, autour d’un stylisme de Sascha Lilic, dans un univers glam trash saupoudré d’une note rock. On y reconnaît l’empreinte d’Ellen Von Unwerth : pin-­‐ups fatales et pétillantes, et une joie de vivre éclatante, ajoutées à une touche sexy, teintée d’espièglerie !

Une ôde à la féminité assumée et au glamour un brin décadent ! LaNicheDuRenard adore !

LE TEE-SHIRT ANIMAL DE QUALITE PAR CHARLOTTE SOMETIME

Bravant les intempéries climatiques qui sont le quotidien de la capitale en ce turbulent mois de juin, LaNicheDuRenard est allé la semaine dernière à la rencontre de la jeune créatrice Charlotte Rivière dans sa tanière parisienne. Le rendez-vous a lieu dans son showroom dont elle a récemment pris possession et qui lui sert de lieu de travail. Situé dans la rue Amelot à proximité de République, le local aux allures scandinaves avec mobilier minimaliste et murs en briques vient du souhait de créer une ambiance conjointe vis-à-vis de la créatrice Tassia Canellis avec qui elle partage les lieux.

Créée il y a cinq ans, la marque de prêt-à-porter CHARLOTTE SOMETIME commence tout juste à s’intéresser à la gente masculine. L’introduction d’un tee-shirt homme dans la collection printemps/été 2012 ayant été sollicitée par des demandes au niveau de la matière et du motif de modèles déjà parus sur la ligne féminine. La créatrice est très attachée à la qualité des matières quelle utilise. C’est pour cette raison qu’elle propose des textiles modernes en cohérence avec notre mode de vie d’aujourd’hui : soie boulochée, mélanges de laine et de lin, Micromodal… Le label Fabrication Française constitue aussi un atout pour la marque.

Dénommée « ALPAGES », la collection automne/hiver 2012/2013 est largement inspirée de la bande originale du film « Into the Wild », adapté du livre de Jon Krakauer. Le titre WOLF reflète bien l’esprit animal de la ligne, qui contient plusieurs modèles de tee-shirts qui se révèlent doux au toucher. Les Tee-shirts à tête d’animal sont réalisés par procédé de sérigraphie en se basant sur des photomontages de plusieurs images agencées les unes sur les autres permettant de constituer un visuel. Fine diplomate vis-à-vis de la gente masculine, Charlotte propose ses tee-shirts en version col V et col rond. Passionnée de musique rock, une playlist regroupant des titres en relation avec la collection a été composée et sera diffusée prochainement.

Vous pouvez retrouver les tee-shirts sur le site de vente en ligne THE OPTIMISTS ainsi que sur Paris à la boutique MATIERES A REFLEXION.

Pour aller faire un tour au showroom de Charlotte Sometime, l’adresse est le 153 rue Amelot, Paris 11ème.

Crédit photos :   Grégoire Voevodsky et Cécile Rogue

ALLSAINTS OU L’ESPRIT ROCK PAR EXCELLENCE

Fondée en 1994 en plein cœur de Spitafields à Londres, La marque ALLSAINTS se fait connaître avec une collection masculine aux allures chic et rock, fortement influencée par la scène rock des 60’s aux 80’s. Les premières collaborations de la marque avec des groupes tels que U2, Stereophonics, Kelis et The kings Of Leon montrent l’intérêt d’Allsaints pour l’univers musical. Plus tard, ce sera The Kooks, Pete Doherty et Agynesss Deyn (pour ne citer qu’eux) qui deviendront les portes étendards (plus ou moins informels) de la marque au logo de crane de bélier.

La marque lance en 1998 sa première collection femme, et s’installe la même année dans sa première boutique parisienne.

Coté style, on oublie les couleurs vives et on se focalise sur les tons naturels, salis, déstructurés. Les gris, marrons, beiges, noirs et blancs constituent leur charte chromatique depuis toujours.

Les lookbooks mettent en valeur et inspirent l’homme branché, adepte d’un style non conventionnel et affirmé.

On remplacera les sandales par des chaussures montantes de type Clarks que l’on portera sans chaussettes. (Comprenez : avec des socquettes qui ne se voient pas)

Comme toujours chez Allsaints les vêtements dans le plus pur esprit rock, se portent prêt du corps.

Pour l’été 2012, la marque laisse de coté les têtes de mort et s’offre un peu de fraicheur avec des motifs floraux et couleurs pastels, tout en conservant son identité grâce au coté usé et vintage. (On adore vraiment) !

Un beau choix de débardeurs, qui reviendront en force cet été en version oversize, est également présente sur le site. (À ne surtout pas prendre moulant si vous ne voulez pas ressembler à un culturiste narcissique) Les tenues sont simples et semblent aller à tout le monde. Tendances mais intemporelles ; comme si elles avaient traversé les époques et aspiraient à une nouvelle vie …

Parlez de Allsaints sans une parenthèse sur leurs tee-shirts graphiques serait indécent. Les références indiennes, morbides voire sataniques, sans oublier un certain bestiaire d’animaux de mauvaise augure ne manquent pas de confirmer la place de la marque dans l’univers pop-rock vintage un brin trashisé.

En voici une petite sélection.

Le rapport qualité/prix est très cohérent, pas forcément donné mais justifié par les belles matières et un soucis de confection et de qualité sans précédent : Vous compterez environs 40€ pour un tee-shirt graphique, 90€ pour une chemise ou pour un jean.

A noter les très régulières promotions proposées sur le site qui vous permettrons de chopper des pièces jusqu’à -50%. Inscrivez vous à leur newsletter pour en être informés!

MEMENTO CLOTHING ; UNE GRIFFE À SE SOUVENIR

MEMENTO CLOTHING est une jeune marque de tendance casual chic, fondée en Août 2010 par un duo de créateurs ayant déjà, chacun de leur coté, roulé leur bosse dans l’univers du prêt à porter masculin : Alexandre Destel chez Tom Tailor France et Benjamin Memmi, ancien directeur artistique de Sandro Homme.

Les vêtements Memento, comme le rappelle leur nom, veulent s’inscrire dans la durée en traversant les époques et en extraire leur authenticité. Empruntant à l’esprit rock des sixties, la griffe française fusionne le mythe du bad boy américain rétro avec le style french touch nouvelle vague.

Jouant avec des coupes pointues, le but de la marque était de proposer une alternative aux marques du Sentier en proposant un rapport qualité/prix avantageux.

Intitulée PRIMAVERA, la collection printemps/été 2012 est une invitation a parcourir la botte sous des allures de dolce vita. Les références au cinéma italien des années 60 ne sont pas lointaines : on imagine aisément Marcello Mastroianni avec son style caractéristique, alliant distinction et de décontraction.

LaNicheDuRenard affectionne particulièrement la chemise Cristiano aux grandes poches poitrines façon pilote d’avion, pattes épaules militaires et coupe loose. Le tout fabriqué en Italie, s’il vous plait !

 

Pour terminer ; une courte vidéo assez inattendue ou apparait le logo de la marque dans une ambiance voiture américaine et musique, dont les accords ne sont pas sans rappeler ceux d’un certain film de Quentin Tarentino 

APRIL 77 NOUS EN FAIT VOIR DE TOUTES LES COULEURS

La marque française de prêt à porter APRIL 77, a choisi comme intitulé pour sa collection printemps-été 2012, le titre IN BLOOM.

Par ce nom qui n’est pas sans rappeler celui de la chanson de Nirvana présente sur l’album NEVERMIND, c’est toute l’empreinte rock de la marque qui refait surface, en y ajoutant des tonalités grunge et arty.

Sous la direction artistique de MACIEK POZOGA, la campagne pour cette collection estivale se place dans un registre psycho-existentialiste qui a l’audace de se distinguer de l’atmosphère un peu fade et revue des autres marques du milieu. Il s’en dégage une très bonne interprétation des basiques.

A savoir, les chemises Martini, les polos piqués Manchester ou Leeds et les jeans skinny Joey adoptent tous une allure propre aux coupes ajustées.

LaNicheDuRenard vous recommande le Chino Dad Silverstone, décliné dans un vaste choix de coloris frais et modernes.

Et pour terminer, le petit détail qui marque toute la différence : la 5ème poche du pantalon ou celle du polo est remplacée par un étui à médiator… difficile de faire plus rock !