LA PAZ REMET À FLOT LE PORTUGAL

Née de la passion pour les voyages, les vêtements et l’artisanat en provenance des quatre coins du monde, LAPAZ est certainement la marque portugaise la plus intéressante du moment. En s’inspirant de la longue tradition maritime du pays, cette toute jeune griffe puisse dans le style vestimentaire des pêcheurs et des marins locaux pour en extraire sa substantifique moelle. LaNicheDuRenard avait rencontré il y a quelques mois les créateurs (ici) et profite donc de l’occasion pour vous en parler plus longuement.

C’est en 2003 que vient à André Bastos Teixeira l’idée de mettre sur pied une activité qui reprend deux de ses grandes passions : les vêtements et l’anthropologie. Le projet se concrétise en 2006 avec la création du Studio La Paz Mercant, puis avec la création de tee-shirts à l’aide de gravures issues de la culture amazonienne et tibétaine, tout en restant connecté avec les organisations humanitaires. À cette époque, la touche éthique est très présente et le choix de l’origine des produit très importante. Finalement, une rencontre opportune avec José Miguel Abreu scellera le concept, et aboutira à une première collection complète, en nom propre présentée au salon de mode Homme de New York en début d’année 2012.

Véritable faire-valoir de l’héritage portugais, la ligne de vêtements pour cette saison hivernale 12/13 se veut chic tout en restant dans une gamme de prix abordables. On y trouve des pièces avec une touche classique, sans prétention, mais présentant une grande attention du détail et des matériaux de qualité.

« La chose la plus importante c’est la qualité et l’authenticité du processus ». On ressent une forte présence des techniques traditionnelles et de la collaboration avec les artisans locaux dans l’utilisation de tissus comme la laine, dans la fabrication des chaussures et de la broderie. Les coupes sont droites et les couleurs globalement neutres.

Prises par FILIPA ALVES , il se dégage des photos du lookbook un climat de plénitude et de respect qui illustre parfaitement l’aspect ancestral et indémodable des vêtements de la collection. Le choix de modèles d’un âge mûr renforce l’image d’une mode faite pour résister aux intempéries et durer dans le temps. Un bel objet gagne toujours à vieillir !

Pour surfer sur la tendance Cousteau (oui elle existe, les hipsters sont de grands amateurs de l’iconique bonnet rouge du capitaine), LaNicheDuRenard vous conseille le tee-shirt à ancre blanche pour explorer de nouveau territoires urbains.

Nous sommes certains que LAPAZ part avec de sérieux atouts à la conquête du milieu de la mode, et nous espérons qu’elle saura garder ses codes et son authenticité. Pour info, la future collection estivale réserve de très belles pièces, mais nous en reparlerons en temps voulu…

Publicités

SALON TRANOÏ : GROS PLAN SUR 2 EXPOSANTS

Parmi les salons de mode qui gravitent autour de la Fashion-week parisienne de janvier, le TRANOÏ se distingue par son atmosphère intimiste et l’envergure internationale de ses créateurs.

LaNicheduRenard a repéré 2 marques qui ont de fortes chances d’impacter l’année 2012. Elles ont en commun la passion pour la philosophie de leur marque et l’exigence des produits qu’elles façonnent.

BB WASHED

Mythologie et gladiateurs. Ces deux univers sont à la base de l’inspiration de Bruno Bordese pour sa nouvelle collection chez BB WASHED. Une collection qui rentre désormais dans sa cinquième saison.

Matières détériorées, gros ceinturons ornés d’anneaux en métal de fusil de chasse qui se chevauchent, coupes sombres à l’instar des armures de guerriers, velours brillant noir et poussière de charbon, vous donnent un aperçu du travail de recherche en amont, ainsi que de la variété de la gamme proposée.

LaNicheDuRenard vous conseille le modèle B02 pour votre entrée dans l’arène des grandes villes.

EACHxOTHER

Cette nouvelle marque de mode rock androgyne propose une fusion entre les univers artistes, musiciens, poètes, cinéastes et créateurs de mode. Le résultat est une ligne de luxe unisexe rugueuse, avec un look classique, qui promeut l’idéal de l’identité commune.

Basé sur le principe des collaborations, chaque « x » se veut un point de rencontre entre différentes communautés d’artistes, composées de personnages tels que Robert Montgommery (dont LaNicheDuRenard vous recommande la série Billboard pieces sur son site), et le parisiano-parisien Thomas Lélu. La marque agit comme un label afin de permettre aux artistes de produire les articles de mode dont ils ont toujours rêvé.

Pour sa première collection EACHxOTHER lance une série limitée d’œuvres imprimées sur foulards de soie, trench-coats, denim et cuir …

La marque travaille avec des artisans choisis pour la qualité et l’engagement des produits qu’ils façonnent. Elle va donc les chercher en dehors des frontières hexagonales, à savoir: Porto pour les vestes et les chemises, Padoue pour des morceaux de cuir, les denims sont faits à Paris, les cachemires au Tibet

Tous les vêtements ont connu un traitement manuel spécial : lavage à la pierre naturelle, lessivage à la cendre de bois, burn-out… qui apportent un supplément rock à l’âme du vêtement.