P&Co, PLONGEE DANS L’ESPRIT DU TATOUAGE DE RUE LONDONIEN

P & Co

P&Co est une jeune marque de vêtements britannique issue du mélange entre la couture anglaise traditionnelle et les influences street modernes.
Fondée il y a tout juste un an, P&Co se repose sur 3 grands piliers que sont l’honnêteté, la qualité et le fractical, a savoir une mode pointu mais qui se veux pratique pour le quotidien.
Les deux créateurs du label, Adison Rudall et Lee Timms, visent des hommes conscients de leur style et soucieux de paraître élégants en société tout en gardant une touche de simplicité.

Brush

Brush

Cette collection s’inspire de la culture de tatouage et il est vrai que le domaine attire l’intérêt de nombreux créateurs, tout particulièrement ces derniers temps! A cela s’ajoute l’esprit artisanal et un style vintage certain permettant à chaque pièce de sortir du lot et de refléter les valeurs de la marque.

P & Co

Shadowskull

Shadowskull

Unlovable Icons

Si les tee-shirt noirs et blancs se contentent de détails minimalistes, la série des Butterfly Prints laisse libre court à une harmonie de couleurs rappelant celui des plumes d’oies et autres animaux de la basse court.

Peacock

Peacock

Butterfly

Butterfly

Parrot

Parrot

Parmi les petits plus présents au catalogue, LaNicheDuRenard apprécie surtout les objets boisés tels le peigne Wooden Comb ou encore les coques pour téléphones intelligents Living is Easy et Shadowskull reprenant les motifs déjà vus plus haut sur textile.

P&Co P&Co P&Co

En bonus, pour vous fondre dans l’univers de la marque, la vidéo The Unlovable Heartbreaker met en scène le modèle Ricki Hall ainsi que le tatoueur Adrian Cipollone de chez KING’S CROSS TATOO :

Publicités

LONDON UNCOVER X YMC, LA COLLAB DILUVIENNE

Pour préparer l’arrivée prochaine de la saison automnale, LaNicheDuRenard est allé dénicher un accessoire qui nous avait déjà fait une forte impression lors du salon CAPSULE (nous en parlions ici), à savoir le parapluie Navajo, fruit de la première collaboration entre LONDON UNCOVER et YMC (You Must Create).

Une association inattendue mais pas si incongrue que ça. En effet ces deux marques britanniques pure souche qui connaissent un beau succès depuis quelques saisons, sont en bonne posture pour s’exporter à l’international. Ce parapluie est un bon exemple de comment deux marques peuvent combiner leurs univers respectifs (la qualité de l’objet fini pour L.U. et l’imprimé tendance pour YMC) pour réaliser un objet à la pointe.

La vague indienne, que dis-je, le tsunami qui va nous envahir cet hiver impose l’utilisation du principe de précaution quand il s’agit du port de motifs navajos. Mais cette collab a su remarquablement bien éviter le piège : Difficile de savoir si c’est le jeu de couleurs (dans des tons très automne de la palette des oranges), le motif ou leur combinaison mais le résultat est empreint d’une saisissante fraîcheur apte à égayer les jours de pluie.

Deux versions du parapluie sont disponibles avec, pour le « chap » distingué une impression uniquement sur la face interne et, pour le « east ender »  alternatif,  l’impression sur la surface intérieure et extérieure.

Chaque cadre possède le manche et la poignée en bois d’érable ainsi qu’une étiquette logo en bois, spécialement réalisée pour la collaboration.

INVESTIGATION AU SALON (CAPSULE) PARIS

C’est dans une toute nouvelle localisation, en bord de Seine à la Cité de la Mode et du Design, que s’est déroulé il y a deux semaines le salon CAPSULE. Une fois de plus, les exposants présents pour cette édition nous ont dévoilé les lignes directrices qui feront la saison SS/13.

Carrefour des tendances, l’événement catalyse l’énergie des jeunes marques fraichement établies en les positionnant à coté de celles déjà installées dans le paysage du prêt-à-porter, à l’intersection entre les influences streetwear et la culture héritage. Parmis les thèmes récurrents que l’on retrouve dans bon nombre des collections, la recherche du détail et des finitions tiennent le haut du pavé.

 

Les couleurs vives sont présentes sur une grosse majorité des stands et se retrouvent sur les pièces de chez les hollandais de ONTOUR, marque qui assume à fond son environnement ‘green culture’ et qui nous le prouve en distribuant des graines de citrouille.

L’esprit workwear, lui, est magnifiquement personnifié par les parisiens de BLEU DE PANAME. Et c’est une collaboration avec MOLESKINE, résultat d’un travail sur le thème de la toile denim, qui est mise en avant sur les lieux transformés pour l’occasion en camp militaire aux couleurs de la marque au logo à la faucille croisée.

LONDON UNDERCOVER intègre l’imprimé camo à ses parapluies, cassant ainsi avec l’image utilitaire traditionnelle accordée à l’objet. La qualité de fabrication est de mise, avec des manches en bois dont certains modèles sont gravés des têtes d’animaux comme dans la plus pure tradition ‘countryside’ anglaise.

On ressent comme une sensation de dépaysement à la vue d’un des créateurs de MONITALY avec sa tenue de travail en cuir. La chemise à manches courtes se pare d’imprimés tribaux africains et motifs végétaux pour la marque installée à Hermosa Beach en Californie.

Situés sur l’autre côte du continent américain, à l’épicentre des tendances, les new-yorkais de SHIPLEY & HALMOS, dans un style épuré, revisitent le vestiaire américain en se distinguant par le choix des matériaux et la qualité du résultat.

Comment ne pas parler de la tendance néon après avoir vu les motifs qui ornent la gamme de sweats et tee-shirts de la marque KITSUNE TEE.

Niveau chaussures, la firme italienne DIEMME nous propose des modèles souples et très raffinés pour l’été, version allégée de leur modèle phare optimisé pour les chutes de neige.

En parallèle, ce sont les jeunes mexicains de chez MISC qui exposent pour la toute première fois leur collection de chaussures. L’héritage culturel de leur pays se ressent avec l’utilisation du motif aztèque ou encore d’une gomme spéciale qui rentre dans la composition de la semelle, pour une paire de sneakers plus légères, plus estivales.

Dans une approche semblable, une autre nouvelle marque qui a tout d’une grande, menée avec conviction par les italiens Alon Siman Tov et Max Bosio : YOUFOOTWEAR.

Et on termine par le très attirant stand MIANSAÏ, marque d’accessoires d’inspiration marines dont nous parlions déjà dans un précédent article.

Crédit photos : Benjamin Guetta & LNDR

LE STYLE MILITAIRE DES ANNEES 50 PAR GARBSTORE

C’est en 2007 que Ian Paley (photo) donne naissance à la marque GARBSTORE. Les compétences qu’il a acquis précédemment chez Paul Smith et Thomas Burberry lui forgent la vision précise d’une collection intemporelle de vêtements d’inspiration vintage.

La philosophie du label GARBSTORE est enracinée dans l’histoire du vêtement produit après la Seconde Guerre Mondiale. Des  vêtements familiers qui font référence au passé mais en injectant une touche de modernité.

Basée dans le quartier de Notting Hill non loin de Portobello Road, la marque a acquis une solide réputation et beaucoup de respect au cours des dernières saisons en Angleterre mais aussi à l’étranger. Surtout grâce à ses denims et les pantalons de haute qualité combinant matériaux époque et actuels.

Au fil des saisons, la marque a intégré d’autres pièces de style vintage tels que des pulls molletonnés, des cardigans universitaire et des t-shirts nervurés que l’on retrouve dans la collection été 2012. Tout y est pour nous plaire : L’attention du détail, les coupes étudiées, les tissus de qualité haut de gamme et les couleurs chinées utilisés en font une marque affirmée dans le domaine.

LaNicheDuRenard aime la Veste d’été de Paysan (en français dans le texte !) en coton matelassé, fabriqué à partir de lin tissé japonais avec une bande de rayure façon provençale. Auquel s’ajoutent des boutons trois trous en bois, une doublure en chambray ainsi qu’un zip vintage.

A savoir, une attention particulière est accordée à l’emballage des commandes. Des grands-pères (résistants?) s’occupent de préparer les livraisons de la boutique en ligne.

LES MOTIFS FUN DE PRINTS OF PCKHM (COUP DE COEUR LNDR)

Ce sont deux créateurs graphiques, Joe Carpenter et Will Ellison, qui sont à l’origine de PRINTS OF PCKHM. Nés dans le sud de Londres en 2011, ces nouveaux venus se sont mis en tête de produire des séries limitées de haute qualité sur la base de vêtements intemporels.

Comment définir le concept PRINTS of PCKHM? Une combinaison de design, d’efficacité, de confort et l’assurance d’un style moderne avec une touche certaine d’excentricité. Leur méthode de travail se veut détendue mais propre, indispensable de nos jours pour une marque veut faire ses preuves sur la scène de la mode. Niveau fabrication, on peut compter sur des gars qui connaissent leur métier et vont utiliser les meilleurs matériaux de qualité, pour produire le tout dans leur studio à la main.

Le coup de cœur de LaNicheDuRenard (et ils sont rares !) va aux tee-shirts « original pocket ». L’accent est mis sur la poche poitrine aux détails sauvages qui contraste avec la couleur neutre de fond.

Les motifs font référence à l’esprit tribal, africain, liberty, occitan, et même à l’âge des dinosaures. Bref, la touche de fun typique du style que l’on retrouve en se baladant dans les rues de Peckham.

Autre point fort et non négligeable : un prix très raisonnable de £ 25.00 (environ 30 euros). À ce tarif pas de raison de se priver…

La collection printemps/été contient aussi des étuis pour iPhones et iPads reprenant les imprimés typiques de la marque.