P&Co, PLONGEE DANS L’ESPRIT DU TATOUAGE DE RUE LONDONIEN

P & Co

P&Co est une jeune marque de vêtements britannique issue du mélange entre la couture anglaise traditionnelle et les influences street modernes.
Fondée il y a tout juste un an, P&Co se repose sur 3 grands piliers que sont l’honnêteté, la qualité et le fractical, a savoir une mode pointu mais qui se veux pratique pour le quotidien.
Les deux créateurs du label, Adison Rudall et Lee Timms, visent des hommes conscients de leur style et soucieux de paraître élégants en société tout en gardant une touche de simplicité.

Brush

Brush

Cette collection s’inspire de la culture de tatouage et il est vrai que le domaine attire l’intérêt de nombreux créateurs, tout particulièrement ces derniers temps! A cela s’ajoute l’esprit artisanal et un style vintage certain permettant à chaque pièce de sortir du lot et de refléter les valeurs de la marque.

P & Co

Shadowskull

Shadowskull

Unlovable Icons

Si les tee-shirt noirs et blancs se contentent de détails minimalistes, la série des Butterfly Prints laisse libre court à une harmonie de couleurs rappelant celui des plumes d’oies et autres animaux de la basse court.

Peacock

Peacock

Butterfly

Butterfly

Parrot

Parrot

Parmi les petits plus présents au catalogue, LaNicheDuRenard apprécie surtout les objets boisés tels le peigne Wooden Comb ou encore les coques pour téléphones intelligents Living is Easy et Shadowskull reprenant les motifs déjà vus plus haut sur textile.

P&Co P&Co P&Co

En bonus, pour vous fondre dans l’univers de la marque, la vidéo The Unlovable Heartbreaker met en scène le modèle Ricki Hall ainsi que le tatoueur Adrian Cipollone de chez KING’S CROSS TATOO :

Publicités

JULIA HEUSE, LA TOUCHE BERLINOISE INCONVENTIONELLE

JULIA HEUSE A-H 13/14

L’air frais berlinois se propage indéniablement à travers l’Europe, et ce n’est pas la nouvelle collection de JULIA HEUSE qui viendra le stopper.

Diplômée de la prestigieuse école allemande de fashion design ESMOD en 2006, elle crée dans la foulée son propre label éponyme JULIAANSBEN qui voit le jour à Berlin dans l’arrière salle d’une galerie d’art du quartier branché de Torstraße.

JULIA HEUSE A-H 13/14 JULIA HEUSE A-H 13/14

Son étiquette se veut le juste équilibre entre commercial et conceptuel, classique et avant-gardiste tout en gardant comme trame de fond un style largement puisé dans les rue de Berlin. Le vestiaire masculin défie la conventionalité en adoptant des coupes carrées surdimensionnées ou des tissus drapés.

JULIA HEUSE A-H 13/14 JULIA HEUSE A-H 13/14 JULIA HEUSE A-H 13/14

intitulée OBJET TROUVÉ, La collection FW 2013/14 est largement inspirée de la réflexion de l’artiste conceptuel français Marcel Duchamp.

Julia aime tromper le spectateur en utilisant des objets qui, de prime abord ne font pas penser à de la mode ou de l’art. Chaque pièce se concentre sur la structure du textile, les imprimés en trompe-l’œil ainsi que les détails.

JULIA HEUSE A-H 13/14 JULIA HEUSE A-H 13/14 JULIA HEUSE A-H 13/14 JULIA HEUSE A-H 13/14

Beaucoup de matières ont été traitées en Tie & Dye, Moonwash ou vieillies pour créer des effets qui reflètent le style de vie urbain rude, sale et parfois parsemé d’éclaircies des capitales.

Très imprégnée par l’univers artistique contemporain, elle extrait ses imprimés de photos réalisées par ses soins, et confectionne de ses propres mains les supports qui servent de décors pour son lookbook. Frais nous avions dit ?

AVEC BLK OPM, LES REVERIES DEVIENNENT REALITE

blkopm

© LNDR

BLK OPM (pour « Black Opium») est la nouvelle griffe française née de l’imaginaire prolifique de David Hadida. Grand spécialiste du tee-shirt, son engouement a démarré très tôt (sa première création remonte à l’âge de ses 14 ans !). Il décide il y a quelques années de créer une ligne de tee-shirts et sweat-shirts dans une ambiance qu’il défini comme anarcho-chic, très proche de l’esthétique particulièrement travaillée que l’on retrouve chez son entourage (sa famille est à l’origine des concept-stores L’Eclaireur).

BLK OPM

© LNDR

BLK OPM puise son inspiration dans l’univers des fumeries d’opium de Shanghaï. Derrière ce titre aux accents oniriques se trouve en réalité un projet que le jeune styliste parisien est allé chercher au fond de ses pensées, tirant toute la substance créative de ses émotions, de ses rêveries

SS13 looks-13

En découle un ensemble très graphique : Réalisée dans des tissus de qualité supérieure, la collection printemps/été 13 présente une ligne de tee-shirts et sweat-shirts cut & sewn teint en pièce (garden dyed), entièrement fabriquée au Portugal. Convaincu par la grande malléabilité de ce type de support, la marque porte une attention particulière à la coupe, innovante, et au toucher plus qu’agréable !

Les visuels qui ornent les vêtements font la part belle aux images saisissantes, aux crayonnés subtils qui explorent une iconographie sombre, parsemée d’éclaircis lumineux.

Le résultat est raffiné tout en gardant une touche dark.

SS13 looks-5

LaNicheDuRenard pose son dévolu sur le sweat-shirt motif cercle, sorte de météorite inter-galactique que l’on dirait tout droit sortie de son orbite.

SS13 looks-2

La marque bénéficiera d’une distribution internationale de choix avec des adresses à Berlin (Apartment), à Tokyo (Bis Caye), à Paris (L’Eclaireur) et à LA (H.Lorenzo et H NLR).

INTERVIEW : OUVERTURE DE L’ATTRAPE RÊVE GALERIE, DU PAPIER À LA BRIQUE.

Paul (gauche), Melissa et Sarah

Paul, Melissa et Sarah

Cette semaine, LaNicheDuRenard est allé rencontrer dans le 11ème arrondissement de la capitale l’équipe de L’ATTRAPE REVE pour aborder l’ouverture prochaine de leur galerie dans ce quartier. Derrière ce nom onirique, nous découvrons un jeune couple au dynamisme certain, qui n’a rien du rêveur, si ce n’est du songeur.

interview l'attrape rêve

Photos : © Nicolas Sautel // LNDR

Paul et Melissa Pinceloup se sont rencontrés dans le Sud, à Nice, où ils ont suivit une formation dans l’univers théâtral et de la mise en scène. C’est à cette époque qu’ils fondent le collectif L’Attrape Rêve. À leur arrivée sur Paris, confrontés à la réalité du terrain, l’idée leur vient de lancer aux cotés de Sarah Szames un fanzine qui s’articulera sur 3 piliers que sont l’illustration, les arts vivants et la musique. Une rencontre très importante avec Ghislain Garlin va leur permettre de mettre en œuvre leur projet de publication et leur apporter une résonance presque inattendue. Avec l’instauration du principe de la « carte blanche », l’artiste invité prend en main la direction artistique du numéro et choisit ses invités. Aucune censure,  aucune contrainte sont les maitres mots. Sort ainsi des machines en 2011 la première édition de l’Attrape Rêve Fanzine, avec en guest-star le fleuron de la scène nationale : McBESS et KOA.

Anciens numéros de l'Attrape Rêve Fanzine

Anciens numéros de l’Attrape Rêve Fanzine

Rencontres après rencontres, le concept prend de l’ampleur et les envies de mise en scène s’estompent. Comme dans toute entreprise humaine, le parcours est pavé de rencontres, de personnes phares de la scène parisienne qui influent et interagissent avec elle. Conscients de l’ébullition actuelle pour l’univers graphique et de l’engouement des nouvelles générations pour le sujet, l’idée germe de pérenniser l’aventure en  transposant le concept du papier à la brique, tout en restant dans la ligne directrice du fanzine. Prendre le pari d’ouvrir une galerie de nos jours est une tache audacieuse mais le duo a la chance d’être soutenu, voir même poussé, par ses amis artistes … Peu de galeries sur Paris défendent actuellement leur travail, d’où l’idée d’aller encore plus loin afin que l’artiste puisse littéralement s’installer, prendre résidence in situ.

La galerie en pleine transformation

La galerie en pleine transformation

Ce n’est pas d’un simple lieu d’exposition dont il est question ici, mais bien plus d’un atelier, d’un lieu d’échange ou l’artiste  pourra créer et établir un véritable contact avec le public dans une zone qui sera réservée à la résidence. Toute une programmation orientée sur la sphère du graphisme, de l’illustration et surement de la photographie (« en fonction des affinités »), est déjà en train de se construire dans le planning de Paul et Melissa. Des expositions d’une durée moyenne de deux mois permettant au public de venir voir le travail en amont. Ponctuées par une série d’événements tels que des sessions de live painting,  la réalisation de fresques murales (le premier artiste à se prêter au jeu sera Nicolas Barrome) , une session estivale réservée aux « kids ».

En parallèle, le collectif souhaite aussi éditer des livres d’art dédiés à leurs artistes, ainsi que périodiquement des petits fanzines regroupant jeunes créateurs et petites découvertes sur le format de carnets d’artistes. On perçoit facilement derrière cette ébullition d’idées un objectif bien plus vaste et noble : « Vouloir faire notre maximum afin que ces artistes intègrent l’art contemporain« . La ligne est tracée !

Confidents et lucides sur le fait que les choses bougent très vite, ils tiennent à faire monter leurs artistes au plus haut, en allant chercher les acheteurs, en leur offrant une visibilité adéquate.

Flyer attrape rêve galerie

Seront présents à l’affiche, pour l’inauguration des lieux, une brochette de « frenchies », et pas n’importe lesquels : Amandine Urruty, Franck PellegrinoGhislain Garlin, Jean Michel Ouvry, Koa, LVL Studio, Marianne Ratier, McBess, Mooe, Niark 1, Nicolas Barrome, Sebastien Touache, Tizieu, Tyrsa  et Ugo Gattoni. Des proches du couple qui présenteront une œuvre originale mettant à l’honneur le grand format. C’est d’ailleurs un d’entre eux, Tyrsa, qui a pris en charge la charte graphique du label.

Suivront ensuite, début mai, les nantais du LVL studio, bureau de design graphique dirigé par Romaric Dabin et Fabien Landry.

Une grosse affluence est à prévoir pour le 28 Février. L’équipe de l’Attrape Rêve aborde l’événement avec une légère pression mais sereinement, sachant « qu’en véritable histoire de famille et soutenus par les copains artistes », ils n’ont pas grand chose à craindre !

 

Lien vers l’évent : ici

L’ATTRAPE RÊVE GALERIE, 15 Rue Jean Macé, 75011 Paris

SHOOTING LNDR #2 : MARSEILLE

LNDR SHOOTING MARSEILLE

C’est par une fin d’après-midi fraiche mais ensoleillée au pied de la Major, a deux encablures du Port Autonome de Marseille, que LaNicheDuRenard a orienté son réflecteur pour réaliser ce deuxième shooting. Dans la lancée de l’événement culturel national Marseille-Provence 2013, notre équipe s’est immiscé sur le terrain de jeux phocéen, entre contraste des genres, tradition artistique, richesse urbaine et fascination pour le large. Une sélection de pièces éclairées prises dans les collections printemps/été 2013 qui rejoindront les shops sous peu (si ce n’est déjà fait), mélange hétéroclite entre labels établis et toutes nouvelles marques.

LNDR_Shooting-janv13

LNDR_Shooting-janv13-cJKB3mHeI,SD3usORwSdphf6RVt_C_E2XAOs7E0MKP116SkJFz1Kg

Manteau bicolore à capuche LE COQ SPORTIF

LNDR_Shooting-janv13

LNDR_Shooting-janv13

Chino beige TED BAKER

LNDR_Shooting-janv13

Chaussures noires ASOS

LNDR_Shooting-janv13

Chemise bleue, imprimé feuilles LEE 101

LNDR_Shooting-janv13

Sweat bleu marine col rond découpage triangle LEE 101

LNDR_Shooting-janv13

LNDR_Shooting-janv13

Pull en maille bleu coudière marrons MISTER MARCEL

LNDR_Shooting-janv13

Chemise noire motif jungle SAINT PAUL

Stylisme : LaNicheDuRenard / Photographie : Nicolas Sautel / Model: Mathias

Remerciements à Mimo (POP&ROY).

ANERKJENDT : JEUNE COMME UNE BELLE DANOISE

Anerkjendt

Voila une toute nouvelle marque, en provenance directe du Danemark (encore une) qui vient de sortir cette saison sa première collection, exclusivement masculine (comme toujours sur LaNicheDuRenard).

AnerkjendtLancé par Per Johannsen en tout début d’année, ANERKJENDT (prononcer « neurkend » pour s’approcher de l’accent du quartier de Nørrebro à Copenhague) fait bel et bien partie de cette « vague du froid  » sans cesse croissante des marques scandinaves. Nous vous faisons découvrir depuis bientôt une année cette scène qui a pour principales caractéristiques de proposer des vêtements casuals authentiques et fonctionnels avec le souci du détail à l’esprit.

Anerkjendt

Avec un nom pas forcement des plus faciles à prononcer, mais avec une ligne très facilement portable au quotidien, cette marque s’adresse à une population de connaisseurs souhaitant adopter un look moderne et décontracté.

La collection FW 12/13 est inspirée par la nature et toutes ses nuances saisonnières. Le paysage danois imprègne les vêtements avec ses couleurs terreuses, ses tissus délavés, ses motifs Navajo, les éléments en bois, en cuir et les détails de la laine.

Veste Castlerock

Veste Castlerock

Veste Castlerock

Ankerjendt -  Castlerock

Le choix des textiles se veut d’une qualité élevée et les finitions travaillées. De la veste au chino en passant par toutes les déclinaisons de pulls et tricots, chaque vêtement possède sa propre identité visuelle.

Veste Cinéma

Veste Cinéma

Ankerjendt - Cinema

Parmi les produits qui ont attiré l’attention de LaNicheDuRenard, on notera les Vestes Castlerock et Cinéma. Mais aussi le pull col rond en sergé tricoté Myles avec une poche poitrine munie d’un bouton en cuir ainsi que le chino Bruno, couleur rouille à la finition légèrement délavée, ajustée au niveau des cuisses et accompagné d’une ceinture tressée.

Pull Myles

Pull Myles

Ankerjendt - Myles

Chino Bruno

Chino Bruno

Le Cardigan Malcolm est une pièce chaude et robuste au tissu vert foncé tacheté sur toute sa surface contrastant élégamment avec les bandes multicolores.

Cardign Malcon

Cardign Malcon

Anerkjendt - MALCOLM

Quant au pull à capuche Manfred, il permettra une alternative racée à votre hoodie monochrome basique que vous aviez certainement du mettre de coté ces derniers temps…

Hoodie Kombugreen

Hoodie Kombugreen

Anerkjendt - KOMBUGREEN

LaNicheDuRenard jette son dévolu sur la chemise Alfred, idéale pour la saison hivernale et qui peut même être utilisée comme sur-chemise. Fabriquée dans un tissu coton épais mélangé beige et gris, les mouchetures contrastent à merveille avec les boutons en bois marron.

Chemise Alfred

Chemise Alfred

Anerkjendt - ALFRED

Belle idée d’association, le nœud papillon Bracken en brun foncé comportant de légères taches brunes et blanches pour mieux détourner le stéréotype.

Nœud papillon Bracken

Nœud papillon Bracken

Anerkjendt a de fortes chances de devenir un futur classique, avec comme avantage de poids des tarifs abordables… Une belle aventure qui démarre et que LaNicheDuRenard va suivre à la trace !

LES BOOTS STUSSY X TIMBERLAND, POUR AFFRONTER L’HIVER EN VILLE

STUSSY et TIMBERLAND collaborent ensemble depuis 2009, en proposant chaque saison un nouveau modèle de chaussures sous forme de collection capsule. LaNicheDuRenard vous présente la Deluxe NM Field Boot, sortie il y a un peu moins d’un mois. Une belle réussite pour cette paire qui présente tout les atouts pour vous accompagner cet hiver aussi bien en ville que lors de vos virées à la campagne ou en altitude!

Le style randonnée de la boots à oeillets propre à TIMBERLAND subit ici l’effet streetwear branché de STUSSY avec ce modèle en daim, toile et cuir. La semelle Vibram qui fait fureur depuis l’arrivée de DIEMME dans le secteur branché est bien évidemment de la partie. Ce type de chaussures, qui pourrait être associé à des « gros godillots » se défend bien sur son terrain, grâce à ses lignes fluides et épurées. On les imagine parfaitement portées à la mode streetwear avec un chino et une parka, tout comme avec un pantalon slimmé et un trench coupé bien droit. Le modèle beige est une vraie réussite (notre préféré sans nul doute).