JULIA HEUSE, LA TOUCHE BERLINOISE INCONVENTIONELLE

JULIA HEUSE A-H 13/14

L’air frais berlinois se propage indéniablement à travers l’Europe, et ce n’est pas la nouvelle collection de JULIA HEUSE qui viendra le stopper.

Diplômée de la prestigieuse école allemande de fashion design ESMOD en 2006, elle crée dans la foulée son propre label éponyme JULIAANSBEN qui voit le jour à Berlin dans l’arrière salle d’une galerie d’art du quartier branché de Torstraße.

JULIA HEUSE A-H 13/14 JULIA HEUSE A-H 13/14

Son étiquette se veut le juste équilibre entre commercial et conceptuel, classique et avant-gardiste tout en gardant comme trame de fond un style largement puisé dans les rue de Berlin. Le vestiaire masculin défie la conventionalité en adoptant des coupes carrées surdimensionnées ou des tissus drapés.

JULIA HEUSE A-H 13/14 JULIA HEUSE A-H 13/14 JULIA HEUSE A-H 13/14

intitulée OBJET TROUVÉ, La collection FW 2013/14 est largement inspirée de la réflexion de l’artiste conceptuel français Marcel Duchamp.

Julia aime tromper le spectateur en utilisant des objets qui, de prime abord ne font pas penser à de la mode ou de l’art. Chaque pièce se concentre sur la structure du textile, les imprimés en trompe-l’œil ainsi que les détails.

JULIA HEUSE A-H 13/14 JULIA HEUSE A-H 13/14 JULIA HEUSE A-H 13/14 JULIA HEUSE A-H 13/14

Beaucoup de matières ont été traitées en Tie & Dye, Moonwash ou vieillies pour créer des effets qui reflètent le style de vie urbain rude, sale et parfois parsemé d’éclaircies des capitales.

Très imprégnée par l’univers artistique contemporain, elle extrait ses imprimés de photos réalisées par ses soins, et confectionne de ses propres mains les supports qui servent de décors pour son lookbook. Frais nous avions dit ?

Publicités

LACOSTE L!VE X OSAMU TEZUKA

LACOSTE L!VE poursuit son engagement artistique avec une ligne capsule de taille en collaboration avec l’équipe japonaise TEZUKA PRODUCTIONS … qui n’est autre que la maison de production du dessinateur de bandes dessinées Osama Tezuka (décédé en 1989), créateur d‘ASTRO BOY, LE ROI LÉO et BLACK-JACK pour ne citer qu’eux !

Pour la capsule SS13, Hiroaki Ohya (qui est le directeur artistique du label depuis 1999) a choisi trois histoires : Le mystérieux homme souterrain (vol), Astro boy (transformation) et Black-Jack (communication avec la nature). La teinte flashy des polos ainsi que les dessins qui renvoient aux souvenirs d’enfance seront à n’en point douter de parfaits alliés pour aborder l’été avec toute la coolitude qui s’impose !


01B_SS13_LACOSTE_LIVE_X_TEZUKA_Men_s_Polo_Pack_PH5125

01_SS13_LACOSTE_LIVE_X_TEZUKA_Mens_Polo02A_SS13_LACOSTE_LIVE_X_TEZUKA_Men_s_T-Shirt_Back_TH5130

03_SS13_LACOSTE_LIVE_X_TEZUKA_Mens_Polo 04_SS13_LACOSTE_LIVE_X_TEZUKA_Mens_T_shirt

05_SS13_LACOSTE_LIVE_X_TEZUKA_Mens_Polo 06_SS13_LACOSTE_LIVE_X_TEZUKA_Mens_T_shirt

Ces pièces collectors seront en vente dans les boutiques et points de vente Lacoste L!VE à partir de mai 2013

DRAKE’S LONDON X FRED PERRY : BLACK CANVAS

Quand la très institutionnelle maison anglaise DRAKE’S LONDON s’associe à une autre marque du Royaume d’autant plus populaire mais avec une cible foncièrement plus jeune telle que FRED PERRY pour une collection capsule, on pourrait s’attendre au meilleur comme au pire. Et c’est le meilleur qui nous est proposé pour cette nouvelle ligne FW2012 avec comme fil conducteur la toile, naturellement appelée « Blank Canvas ».

Les classiques de chez Fred Perry tels que les polos, chemises et bombers sont classieusement agrémentés de détails sophistiqués, propres au savoir faire « hand made » de la sérieuse maison Drake’s London.

Le motif cachemire, très peu utilisé dans le prêt à porter au cours des dernières décennies mais incontournable revival des années 70, revient parsemé sur une trame de petits pois blancs, créant ainsi un motif graphique et maitrisé qui se décline en full print sur le premier polo ou en détails plus discrets sur les autres pièces. (on adore)

Des motifs hexagonaux toujours très « années 70 » dans les teintes jaunes et rouges sont quand à eux utilisés avec plus de parcimonie, rehaussant discrètement certaines pièces d’une pointe colorée.

Avec Fred Perry on surfe forcément sur la tendance skin/mauvais garçon, toujours en vogue cette saison, et on ne saurait d’ailleurs que trop vous conseiller de boutonner vos cols jusqu’en haut pour équilibrer votre look. Sinon les petits pois c’est simple, c’est cool, et ça marche …

La fameuse poche imprimée: nous en avons vraiment trop vu cet été sur de nombreuses marques de tee-shirts; vous faites selon vos envies, mais nous on laisse de coté …

Un foulard soyeux avec le fameux motif cachemire sur pois blancs… pour une touche très chic donc.

Pour compléter cette ligne frisant l’excellence, nous découvrons ce superbe modèle de brogues, bi-matière cuir/tissu à semelle en crêpe, qui s’immisce totalement dans l’esprit arty de cette hiver. Deux versions colorées pour deux styles opposés : La version noire fera l’affaire pour un look plus rock alors que la marron s’accordera à merveille sur un look de dandy streetwear. On aime vraiment les 2, mais on préfere le rock donc… on dit noir (!)

La collection, capsule mais accessible, est shoppable directement sur le site Fred Perry : ICI

LE JEU DE MAIN CHINOIS PAR TRIPLE-MAJOR

Le concept store basé à Pékin TRIPLE-MAJOR vient de lancer une toute nouvelle collection de vêtements intitulée «Hand Shadow». LaNicheDuRenard les a approchés la semaine dernière, lors de leur visite française à l’occasion du salon Capsule, et à entamé le dialogue … en langage des signes ?

Le concept semble simple : utiliser le vêtement comme support de projection pour ombres chinoises en se basant sur le caractère universel de ce langage. Cette tradition populaire chinoise héritée depuis des siècles est revisitée à la sauce arty-pékinoise dans le prolongement des « Hand Signs » si chers aux rappeurs outre-Atlantique.

A chaque position des doigts correspond une forme animale et permet de représenter quasiment toute la basse-court : lapins, cochons, chiens … même notre emblématique Renard n’y échappe pas !

Les motifs sont repris en un exemplaire unique sur la pièce ou intégrés en plus petite taille au sein de l’imprimé mosaïque.

Autre point fort, les créateurs chinois jouent avec l’aspect réversible des tissus utilisés. Chaque face contient un imprimé avec soit le geste des mains, soit son ombre. Le jeu de transparence fonctionne à merveille au point de ne plus distinguer l’un de l’autre suivant de quel coté est porté le vêtement.

La collection qui regroupe t-shirts, chemises, pantalons et sacs pour les deux sexes est exclusivement en noir et blanc. Les coupes sont plutôt amples mais bien ajustées, influences incontournables de l’esprit asiatique artisanal.

La ligne est en vente sur FARFETCH et le shop Triple-Major.

L’ART-SHIRT MONSTRUEUX PAR PHENÜM X ALEX CHERKESLY

Réussir à éditer des graphistes à la pointe dans leur domaine de création sur un support textile, c’est la mission que s’est lancé le collectif tricolore PHENÜM. La marque a pris pour habitude de livrer régulièrement des séries limitées de T-SHIRTS aux imprimés racés. De plus, chaque collection est sérigraphiée (sublime rendu – encre à l’eau – aucun touché), étiquetée et numérotée à la main en France.

C’est l’envie de mettre en avant leur propre conception du lifestyle tout en gardant sa touche alternative que le label nous transmet son concept sous le slogan JUST WE ARE. Les inspirations sont à chercher du coté  de l’art, du design, du riding, de la musique, de la mode, de la photographie

LaNicheDuRenard est tombé sous le charme de la toute dernière collaboration PHENÜM x Alex Cherkesly. C’est l’image réalisée par un jeune graphiste et illustrateur rennais (son portfolio ici) qui va se retrouver sur  exactement 100 exemplaires dans le monde.

Le visuel, aux allures d’un Chewbacca sorti tout droit de la guerre des étoiles, est un portrait représentant l’auteur pervers et torturé Charles Bukowski.

Un dessin saisissant de violence et d’étrangeté réalisé par une main au trait accidenté, rentrant totalement dans l’univers et l’ouverture d’esprit de la marque française.

Tee-shirt CHARLES B. , 30€

ATTENTION À PICKPOCKET!

Simple conjoncture climatique ? Ou véritable support de choix de la part des jeunes marques qui veulent se lancer ? Ces derniers temps, les articles de LaNicheDuRenard sont nombreux à être orientés sur la mise en avant d’une pièce omniprésente dans la garde robe masculine :  Le tee-shirt. Et si une tendance se démarque au niveau des hauts pour cet été, c’est bien la présence de la poche au niveau de la poitrine. Ça tombe bien car elle constitue la pièce maitresse du concept et de la marque PICKPOCKET.

Créée en 2011, la marque prend ses racines dans le domaine du textile auquel elle va adjoindre une touche graphique et un concept de base simple et efficace : utiliser des classiques parmi les basiques (le t-shirt en coton, le sweatshirt, la chemise oxford) en les revisitant grâce à l’ajout d’une poche plaquée sur le cœur. C’est dans le choix du motif de l’imprimé du tissu que réside tout l’intérêt de la chose, offrant ainsi une grande variété de déclinaisons possibles.

On se rappelle avoir déjà vu l’idée mais dans une approche différente chez les Londoniens de PRINTS OF PCKHM. Ici la poche est passe-partout et se retrouve aussi bien sur des chemises, des costumes ; et elle peut être plaquée, cousue, fendue, zippée, cavalière

Basée à Paris, la marque s’efforce de répondre à certaines exigences telles qu’une fabrication française à la main, avec une attention toute particulière aux détails et à la qualité (coutures, grammage, coupes). À cela s’ajoute une recherche continue de nouveaux motifs et de nouvelles techniques.

LaNicheDuRenard aime le fait que chacun ai la possibilité de réaliser sa propre combinaison (poche/couleur/base), de quoi mettre votre tee-shirt en parfait accord avec le reste de votre tenue !