LA FRESQUE MURALE ELEMENT x PUSH

Element x Push

ELEMENT PARIS présentait jeudi dernier sa dernière collaboration artistique avec PUSH.

Le street artist californien, membre du collectif The Seventh Letter qui fait ses débuts sur la scène graffiti locale à la fin des années 90, s’est servit de planches de skate comme support de sa création qu’il a recouvert de motifs géométriques colorés.

Element x Push

En découle également une collection capsule qui reprend en le déclinant le motif principal de l’oeuvre. Elle comprend t-shirts, tops, casquette, un short et enfin une planche de skate.

LA fresque murale est actuellement exposée au store ELEMENT (7 rue de Marseille, 75010 PARIS).

Element x Push Element x Push Element x Push

BROWNIE AND BLONDIE INVESTIT LA GALERIE CHARLOT

brownie-blondie-aw-13-14Durant 3 jours, la marque BROWNIE AND BLONDIE (B&B) s’installe à la  Galerie CHARLOT pour l’étape parisienne de sa tournée POP.UP européenne. Alors que les liens entre mode et art contemporain ne cessent de se multiplier (les galeristes font actuellement leur « show » sous la nef du grand Palais à l’occasion de la FIAC) les créateurs de mode n’hésitent pas à investir les lieux d’art.

brownie-blondie-aw-13-14Fondée il y a deux ans, B&B est le projet personnel de Fabrice Couturier, actif dans le milieu depuis plus de vingt ans. Ce créatif, vivant entre Paris et Berlin, puise l’énergie des deux villes pour en ressortir une ligne urbaine qui étonne par sa modernité.

brownie-blondie-aw-13-14brownie-blondie-aw-13-14

La collection automnale, empreinte d’une grande technicité liée à la maturité créative, est fondée sur le développement d’une matière distinctive à double face : coton sur la peau et piqué technique sur l’extérieur. Le vestiaire est unisexe et laisse donc place à des coupes à la fois amples et fonctionnelles. Le travail s’articule autour de la recherche de formes et de volumes, ainsi qu’à une étude dans le choix les coloris.

brownie-blondie-aw-13-14 brownie-blondie-aw-13-14

La boutique ouvrira ses portes le mardi 29 oct. à 14h et les fermera Jeudi 31 oct. à 23h.

Et point crucial : la performance sera ouverte 24 heures sur 24, beau pied de nez au débat actuel sur l’interdiction d’ouverture dominicale des magasins…

JULIA HEUSE, LA TOUCHE BERLINOISE INCONVENTIONELLE

JULIA HEUSE A-H 13/14

L’air frais berlinois se propage indéniablement à travers l’Europe, et ce n’est pas la nouvelle collection de JULIA HEUSE qui viendra le stopper.

Diplômée de la prestigieuse école allemande de fashion design ESMOD en 2006, elle crée dans la foulée son propre label éponyme JULIAANSBEN qui voit le jour à Berlin dans l’arrière salle d’une galerie d’art du quartier branché de Torstraße.

JULIA HEUSE A-H 13/14 JULIA HEUSE A-H 13/14

Son étiquette se veut le juste équilibre entre commercial et conceptuel, classique et avant-gardiste tout en gardant comme trame de fond un style largement puisé dans les rue de Berlin. Le vestiaire masculin défie la conventionalité en adoptant des coupes carrées surdimensionnées ou des tissus drapés.

JULIA HEUSE A-H 13/14 JULIA HEUSE A-H 13/14 JULIA HEUSE A-H 13/14

intitulée OBJET TROUVÉ, La collection FW 2013/14 est largement inspirée de la réflexion de l’artiste conceptuel français Marcel Duchamp.

Julia aime tromper le spectateur en utilisant des objets qui, de prime abord ne font pas penser à de la mode ou de l’art. Chaque pièce se concentre sur la structure du textile, les imprimés en trompe-l’œil ainsi que les détails.

JULIA HEUSE A-H 13/14 JULIA HEUSE A-H 13/14 JULIA HEUSE A-H 13/14 JULIA HEUSE A-H 13/14

Beaucoup de matières ont été traitées en Tie & Dye, Moonwash ou vieillies pour créer des effets qui reflètent le style de vie urbain rude, sale et parfois parsemé d’éclaircies des capitales.

Très imprégnée par l’univers artistique contemporain, elle extrait ses imprimés de photos réalisées par ses soins, et confectionne de ses propres mains les supports qui servent de décors pour son lookbook. Frais nous avions dit ?

PLACE AU STREET ART DANS LE KUBE HOTEL

Juien Surdeau et Dwayne Iserief (ByLOUIS Creative Workshop)

Le Street Art sera à l’honneur demain soir au KUBE HOTEL qui accueille dans ses murs l’exposition STREETKUBE. Une troisième édition mise en lumière par l’agence spécialisée dans l’événementiel culturel ByLOUIS Créative Workshop et VAL DAN couple de collectionneurs engagés dans la promotion d’artistes.

Une ribambelle d’artistes d’ampleur nationale et internationale affichera ses dernières créations, chacun exhibant un univers qui lui est propre : JAY ONE, JEF AÉROSOL, NASSYO, PSYCKOZE, L’ATLAS, MICHAEL BAREK, MOSKO, GILBERT PETIT, KONNY STEDING, EYONE, ELLA & PITR (Les Papiers-Peintres), JMG, SEE, AKSO, AVERY, SUBY ONE, TEURK, GLC, LOMÉ LU, MOM, LXT, FX1, LORENZO DEKO et HS.

Cet événement a pour vocation de nous conduire au cœur de l’univers créatif de l’art urbain et découvrir de manière conviviale ses différentes facettes. La soirée sera parsemée d’une série d’activités impliquant une exposition collective, des performances live, des projections de photos et vidéos, un street-shop par le SEEN Studios ainsi que l’annonce des résultats du PURPLE SWAG CONTEST par JMG.

Fresque murale : JEF AEROSOL

Fresque murale : JEF AEROSOL

Le binôme de choc qui orchestre l’organisation de cet événement, composé par Dwayne Izerief et Julien Surdeau,  répond à nos questions :

– LNDR : Quels sont vos parcours respectifs ? Comment vous êtes vous rencontré ?

Dwayne et Julien : On se connait depuis le collège, Julien a un parcours créatif orienté dans le domaine de l’audiovisuel et moi un parcours plus dirigé vers celui du marketing. Nos profils sont complémentaires, Julien et moi avons des affinités communes à la fois pour le côté business comme pour le domaine artistique.

– Nous suivons depuis quelques temps avec intérêt le travail mené par l’agence by Louis surtout via les événements Creative Workshop organisés mensuellement à la Flaq. Quelles expériences en avez-vous tiré ? Quelles collaborations vous ont le plus engagé ?

Cela nous a permis de développer des nouveaux partenariats, de faire de nouvelles rencontres avec des personnes d’univers variés. Et de proposer tout au long de l’année de découvrir le travail de jeunes artistes,  d’offrir un espace d’expérimentation renouvelable à travers les différentes expositions, installations, projections et musique en tout genre.

C’est un rendez-vous convivial entre professionnels et amis ou nous même nous investissons la réalisation de créations correspondant au thème. Cela  permet aussi d’élargir le réseau de free lance et de créatifs de l’agence.

– La soirée du 24 Avril représente pour vous une date majeure dans votre calendrier. Quel en est l’objectif et quels sont les enjeux ?

L’objectif repose sur une envie de faire découvrir la pluralité et l’univers du Street Art. C’est notre soirée de l’année, un condensé de ce qu’on aime et que nous souhaitons faire partager.

Cet événement  est un concept novateur entre vernissage et soirée, qui regroupe plus d’une vingtaine d’artistes de générations différentes et de toute notoriété. Ils pourront nous faire découvrir leur univers et nous faire gouter à leur passion à travers leurs performances qui aurons lieu en direct lors de la soirée.

– Comment s’est faite la sélection des artistes que vous allez présenter ?

Notre passion partagée pour le Street Art nous a permis de sélectionner des artistes avec qui nous avons déjà travaillé, et des coups de cœur avec qui nous aimerions perdurer la collaboration. Nous avons de plus reçu des demandes spontanées d’artistes souhaitant y participer. Nous remercions aussi les curateurs, Val Dan, qui nous ont aidés à sélectionner nos artistes pour le StreetKube vol.#3.

– Vous n’en êtes pas à votre premier coup dans cet espace retro-futuriste, quels sont les avantages de disposer d’un lieu aussi imposant? Quels vont être les plus de cette édition 2013 ?

Le Kube Hôtel nous permet d’inviter nos clients, nos collaborateurs et nos proches pour partager un moment convivial à travers de belles performances, de grandes pièces d’art, des univers différents. Ce lieu atypique permet un changement d’univers par les différents jeux de lumières, et sa cour extérieure nous offre de nouvelles perspectives de démonstrations.

Cette année, il y aura de nouvelles réalisations crées spécialement pour l’événement et l’imposant cube en verre sera au centre des performances des artistes. Des shops seront mis à disposition et il y aura plusieurs projections d’œuvres d’artistes et de vidéos Street Art réalisées pour l’occasion.

– Pour conclure, comment voyez-vous évoluer les activités de votre agence au cours des prochaines années ?

Suivre notre fil conducteur WORK HARD, PLAY HARD…

—————–

RDV le 24 avril 2013 à partir de 19h au KUBE HOTEL, 1-5 passage Ruelle 75018 Paris.

Hashtag de l’event : #streetkube3.

(Photos : Nico Sautel)

INTERVIEW : OUVERTURE DE L’ATTRAPE RÊVE GALERIE, DU PAPIER À LA BRIQUE.

Paul (gauche), Melissa et Sarah

Paul, Melissa et Sarah

Cette semaine, LaNicheDuRenard est allé rencontrer dans le 11ème arrondissement de la capitale l’équipe de L’ATTRAPE REVE pour aborder l’ouverture prochaine de leur galerie dans ce quartier. Derrière ce nom onirique, nous découvrons un jeune couple au dynamisme certain, qui n’a rien du rêveur, si ce n’est du songeur.

interview l'attrape rêve

Photos : © Nicolas Sautel // LNDR

Paul et Melissa Pinceloup se sont rencontrés dans le Sud, à Nice, où ils ont suivit une formation dans l’univers théâtral et de la mise en scène. C’est à cette époque qu’ils fondent le collectif L’Attrape Rêve. À leur arrivée sur Paris, confrontés à la réalité du terrain, l’idée leur vient de lancer aux cotés de Sarah Szames un fanzine qui s’articulera sur 3 piliers que sont l’illustration, les arts vivants et la musique. Une rencontre très importante avec Ghislain Garlin va leur permettre de mettre en œuvre leur projet de publication et leur apporter une résonance presque inattendue. Avec l’instauration du principe de la « carte blanche », l’artiste invité prend en main la direction artistique du numéro et choisit ses invités. Aucune censure,  aucune contrainte sont les maitres mots. Sort ainsi des machines en 2011 la première édition de l’Attrape Rêve Fanzine, avec en guest-star le fleuron de la scène nationale : McBESS et KOA.

Anciens numéros de l'Attrape Rêve Fanzine

Anciens numéros de l’Attrape Rêve Fanzine

Rencontres après rencontres, le concept prend de l’ampleur et les envies de mise en scène s’estompent. Comme dans toute entreprise humaine, le parcours est pavé de rencontres, de personnes phares de la scène parisienne qui influent et interagissent avec elle. Conscients de l’ébullition actuelle pour l’univers graphique et de l’engouement des nouvelles générations pour le sujet, l’idée germe de pérenniser l’aventure en  transposant le concept du papier à la brique, tout en restant dans la ligne directrice du fanzine. Prendre le pari d’ouvrir une galerie de nos jours est une tache audacieuse mais le duo a la chance d’être soutenu, voir même poussé, par ses amis artistes … Peu de galeries sur Paris défendent actuellement leur travail, d’où l’idée d’aller encore plus loin afin que l’artiste puisse littéralement s’installer, prendre résidence in situ.

La galerie en pleine transformation

La galerie en pleine transformation

Ce n’est pas d’un simple lieu d’exposition dont il est question ici, mais bien plus d’un atelier, d’un lieu d’échange ou l’artiste  pourra créer et établir un véritable contact avec le public dans une zone qui sera réservée à la résidence. Toute une programmation orientée sur la sphère du graphisme, de l’illustration et surement de la photographie (« en fonction des affinités »), est déjà en train de se construire dans le planning de Paul et Melissa. Des expositions d’une durée moyenne de deux mois permettant au public de venir voir le travail en amont. Ponctuées par une série d’événements tels que des sessions de live painting,  la réalisation de fresques murales (le premier artiste à se prêter au jeu sera Nicolas Barrome) , une session estivale réservée aux « kids ».

En parallèle, le collectif souhaite aussi éditer des livres d’art dédiés à leurs artistes, ainsi que périodiquement des petits fanzines regroupant jeunes créateurs et petites découvertes sur le format de carnets d’artistes. On perçoit facilement derrière cette ébullition d’idées un objectif bien plus vaste et noble : « Vouloir faire notre maximum afin que ces artistes intègrent l’art contemporain« . La ligne est tracée !

Confidents et lucides sur le fait que les choses bougent très vite, ils tiennent à faire monter leurs artistes au plus haut, en allant chercher les acheteurs, en leur offrant une visibilité adéquate.

Flyer attrape rêve galerie

Seront présents à l’affiche, pour l’inauguration des lieux, une brochette de « frenchies », et pas n’importe lesquels : Amandine Urruty, Franck PellegrinoGhislain Garlin, Jean Michel Ouvry, Koa, LVL Studio, Marianne Ratier, McBess, Mooe, Niark 1, Nicolas Barrome, Sebastien Touache, Tizieu, Tyrsa  et Ugo Gattoni. Des proches du couple qui présenteront une œuvre originale mettant à l’honneur le grand format. C’est d’ailleurs un d’entre eux, Tyrsa, qui a pris en charge la charte graphique du label.

Suivront ensuite, début mai, les nantais du LVL studio, bureau de design graphique dirigé par Romaric Dabin et Fabien Landry.

Une grosse affluence est à prévoir pour le 28 Février. L’équipe de l’Attrape Rêve aborde l’événement avec une légère pression mais sereinement, sachant « qu’en véritable histoire de famille et soutenus par les copains artistes », ils n’ont pas grand chose à craindre !

 

Lien vers l’évent : ici

L’ATTRAPE RÊVE GALERIE, 15 Rue Jean Macé, 75011 Paris

LA BOUTIQUE ARTISTIQUE DE CYRIL LE VAN

À première vue, on peut s’imaginer faire face à une grande collection de pièces vintages classiques de la garde robe streetwear masculine de ces dernières décennies. Mais, en y regardant de plus prés, on se rend compte que la réalité est plus complexe … et surtout qu’il s’agit d’une belle tromperie ! C’est autour de cette illusion crée au sein d’un espace factice que l’artiste CYRIL LE VAN a bâtit son exposition intitulée Very Fake Store.

Plasticien français, son travail questionne les rapports entre la société et les individus, brouillant les limites entre art et culture populaire afin de retranscrire le malaise identitaire de notre société abreuvée de logos et d’images.

Les œuvres, qui seront présentées à partir du 27 Novembre chez SERGEANT PAPER, représentent des objets de la vie quotidienne, symboles d’une appartenance à un groupe, d’une identité sociale, culturelle, ou caractéristique de notre époque.

Pour créer ses objets factices, Cyril le Van photographie sous tous leurs angles des tee-shirts Adidas, des sneakers Nike, des sacs Vuitton … puis les imprime sur un support rigide et enfin les « remonte » à l’aide de coutures vulgaires ou d’agrafes disgracieuses.

L’exposition est réalisée en partenariat avec le magazine DEDICATE qui fête son 10ème anniversaire ainsi qu’avec l’agence de production artistique PROPOS D’ARTISTES.

MEGA S’ATTAQUE À L’ALPHABET CHEZ SERGEANT PAPER

La galerie parisienne SERGEANT PAPER accueille dans ces murs à partir de samedi les dernières créations de l’artiste MEGA. Ancien directeur artistique du magazine de mode urbaine WAD, ce créatif touche à tout né en France se consacre désormais à sa passion pour l’illustration via le dessin, le graphisme ou encore le design. Après plusieurs escales à travers le globe pour travailler sur la création de supports visuels pour de grandes enseignes comme NIKE, il finit par poser ses valises à Bali.

Intitulée « I just murdered the alphabet », l’exposition regroupe une série d’une centaine de dessins originaux. MEGA y met en scène des personnages hybrides imaginaires qui dégagent un vif instinct animal. Son travail s’intéresse à l’iconographie tribale qu’il mêle à la culture urbaine et à l’univers du hiphop. L’accent est ici mis sur le traitement typographique des lyrics de titres des grands noms du rap (tels Nas, Mos def, Common, Rakim…). Plus de 500 lettrages occupent l’œuvre et rappellent la passé de graffeur de l’artiste qui a été aussi influencé par d’autres mouvements comme le sign-painting ou le encore lettrage psychédélique.

LaNicheDuRenard essayera de se frayer un chemin à travers la faune locale pour assister au vernissage ce Samedi 6 Octobre à partir de 18h chez SERGEANT PAPER.

T-SHIRTS POP ROCK : CHEZ A.P.C. !!

A.P.C. lance quatre tee shirts conçus avec The Rapture, Connan Mockasin, Veronica Falls et Paradis !! Chacun de ces brillants éléments de la pop internationale a eu carte blanche pour imaginer un dessin original sérigraphié. Les 4 tee shirts sont de vraies réussites graphiques, on reste toujours assez cher chez A.P.C. mais quand on aime … (enfin, quand on peut …).

Mention spéciale de LaNicheDuRenard pour les modèles Paradis et The Rapture.

A.P.C. Connan Mockasin : Dessin sérigraphié en bleu sur le devant. Manches courtes. T-shirt exclusivement conçu pour A.P.C. par le musicien néo-zélandais Connan Mockasin. Son cinquième album en date, Forever Dolphin Love, est sorti en 2011. 60€

A.P.C. The Rapture : T-shirt exclusivement conçu pour A.P.C. par le groupe américain The Rapture. Son troisième album en date, In the Grace of Your Love, est sorti en 2011. 60€

A.P.C. Veronica Falls : T-shirt exclusivement conçu pour A.P.C. par le groupe britannique Veronica Falls, qui a sorti son tout premier album éponyme en 2011. 60€

A.P.C. Paradis : T-shirt exclusivement conçu pour A.P.C. par le jeune duo parisien Paradis, qui a sorti son deuxième EP, Hemisphere, en 2012. 60€