DÉCOUVERTE LNDR : ADIEV PARIS

picture

© adiev-paris

ADIEV (Adieu Paris) est une nouvelle marque qui vient bousculer la scène de la chaussure de luxe branchée. Le label propose des modèles bien pensés, fabriqués avec le plus grand soin et dans le respect de l’authenticité. Les souliers sont fabriqués au Portugal alors que les semelles en crêpe sont faites et assemblées en France.

_DSC4888

C’est ces semelles épaisses, largement inspirées de la creepers et que l’on retrouve sur tous les modèles de la marque, qui offrent une identité propre et reconnaissable au premier regard. Loafers et desert boots montées sur cette semelle caractéristique constituent le fer de lance d’une collection authentique, inspirée des chaussures de la classe populaire anglaise des années 70/80 (les grosses années durant lesquelles punks et teddy boys brillaient par leurs looks étudiés).

_DSC4878

_DSC4886LaNicheDuRenard est allé rencontrer les deux créateurs dans leur boutique située au tout début de la rue d’Aboukir : Benjamin Caron, qui crée sa première paire de brothel creepers faites main vers la fin 90 suite à un apprentissage de la botterie, et Isabelle Guédon, ancienne assistante personnelle d’Alber Elbaz chez Guy Laroche puis Yves Saint Laurent, et responsable actuelle du secteur design textile de l’école des Arts Déco de Paris. Le premier apportant la culture rock et le coté mauvais garçon, la seconde à qui l’on doit la touche romantique et Parisienne de la marque.

La collection été arbore quelques couleurs audacieuses qui feront certainement la différence sur les pavés à l’arrivée des beaux jours.

_DSC4884Un des points essentiels de l’entretien abordé par la créatrice porte sur l’intérêt de créer des modèles qui durent, et ne se démodent pas à chaque saison. On retrouve un peu dans son discours un état d’esprit anti-fashion à la Rei Kawakubo ou Yoshi Yamamoto lors de leur arrivée en France au début des années 80. On espère que cette initiative soit reprise par un large panel de créateurs.

_DSC4877Détaché des contraintes marketing qui brident trop souvent la création, le duo se fait vraiment plaisir et le public adhère. COLETTE et LE BON MARCHÉ à Paris ne s’y sont pas trompés et distribuent d’ailleurs la marque dans leurs boutiques.

_DSC4875

_DSC4894Le duo a personnellement aménagé la boutique en s’inspirant des jardins d’hiver, créant une atmosphère de cabinet de curiosités. Rien n’est laissé au hasard et chaque élément est étudié, telles les boiseries empruntées au cadre de la photo des fameuses creepers de Benjamin qui trône dans la boutique.

Crédits photo : © Nicolas Sautel

RONNIE FIEG X DR MARTENS

Le New Yorkais RONNIE FIEG, enfant terrible de la sneackers et créateur de tendances, s’est forgé une solide réputation dans le secteur de la chaussure grâce à ses nombreuses collaborations avec de grandes marques tel Adidas, Sebago, Red Wings, Clarks, Saucony, New Balance… pour ne citer qu’elles.

Ronnie Fieg vient s’attaquer cette saison à une pointure de la chaussure londonienne qui revient en force cette année aux pieds des modeux: Dr Martens (dont nous vous parlions déjà dans ce précédent article). Deux paires sont proposées avec le motif camouflage comme fil conducteur de cette collection capsule très limitée, à savoir une paire de boots et une paire de brogues. La semelle en gomme, emblématique de la marque du docteur est bien entendu présente sur les deux modèles.

La boots Bowery, en daim camouflage mixe entre la ligne classique de la Dr Martens et celle d’une brogue montante. La semelle en gomme « Célia » se pare d’un contour orangé au niveau de la couture pour une touche plus originale, et plus Arty.

Le modèle ci dessous reste sans contexte le plus pointu des deux, et le coup de coeur de LaNicheDuRenard 

… La brogue Rivington se dote d’un nubuck bleu marine sur le coup de pied, et d’une pièce en daim camouflage qui vient englober le soulier, lui donnant ainsi une ligne des plus esthétique. On retrouve également notre chère semelle « Célia ».

Le succès énorme résultant de ces collaborations étant étroitement lié à la restriction quantitative des modèles proposés, et Dr Martens ne dérogeant pas à la règle, certaines tailles ne sont déjà plus disponibles sur le seul point de vente ICI. Il vous en coutera 200$ pour les Bowery, et $175 pour les Rivington.

MAISON MARTIN MARGIELA X H&M

Le top départ de l’habituelle et très attendue collaboration hivernale du géant suédois H&M avec une griffe de haute couture sera donné ce jeudi 15 novembre. C’est donc MAISON MARTIN MARGIELA qui proposera sa vision démocratique de la haute couture, pour le plus grand plaisir des courageux modeux qui se seront frayé un chemin dans les interminables files d’attentes des boutiques sélectionnées. Voici le lookbook qui fut dévoilé à la mi-octobre, mais qu’il nous semble plus opportun de vous montrer à quelques jours du terme (!)

On notera une créativité sans pareil sur des looks ultra fun, notamment grâce à ce mannequin stylé à la Breakbot qui ferait presque de l’ombre à Lana Del Rey qui trône sur les arrêts de bus pour H&M depuis quelques temps …

Les pièces, bien qu’audacieuses, restent pour la plupart très classes et idéalement coupées, à l’image des blazers et des manteaux. Les subtils jeux de trompe-l’oeil, superposition de matières et asymétrie assumée qui firent le succès de la marque sont désormais à la portée de votre dressing !

LES BOOTS STUSSY X TIMBERLAND, POUR AFFRONTER L’HIVER EN VILLE

STUSSY et TIMBERLAND collaborent ensemble depuis 2009, en proposant chaque saison un nouveau modèle de chaussures sous forme de collection capsule. LaNicheDuRenard vous présente la Deluxe NM Field Boot, sortie il y a un peu moins d’un mois. Une belle réussite pour cette paire qui présente tout les atouts pour vous accompagner cet hiver aussi bien en ville que lors de vos virées à la campagne ou en altitude!

Le style randonnée de la boots à oeillets propre à TIMBERLAND subit ici l’effet streetwear branché de STUSSY avec ce modèle en daim, toile et cuir. La semelle Vibram qui fait fureur depuis l’arrivée de DIEMME dans le secteur branché est bien évidemment de la partie. Ce type de chaussures, qui pourrait être associé à des « gros godillots » se défend bien sur son terrain, grâce à ses lignes fluides et épurées. On les imagine parfaitement portées à la mode streetwear avec un chino et une parka, tout comme avec un pantalon slimmé et un trench coupé bien droit. Le modèle beige est une vraie réussite (notre préféré sans nul doute).

LA PAZ REMET À FLOT LE PORTUGAL

Née de la passion pour les voyages, les vêtements et l’artisanat en provenance des quatre coins du monde, LAPAZ est certainement la marque portugaise la plus intéressante du moment. En s’inspirant de la longue tradition maritime du pays, cette toute jeune griffe puisse dans le style vestimentaire des pêcheurs et des marins locaux pour en extraire sa substantifique moelle. LaNicheDuRenard avait rencontré il y a quelques mois les créateurs (ici) et profite donc de l’occasion pour vous en parler plus longuement.

C’est en 2003 que vient à André Bastos Teixeira l’idée de mettre sur pied une activité qui reprend deux de ses grandes passions : les vêtements et l’anthropologie. Le projet se concrétise en 2006 avec la création du Studio La Paz Mercant, puis avec la création de tee-shirts à l’aide de gravures issues de la culture amazonienne et tibétaine, tout en restant connecté avec les organisations humanitaires. À cette époque, la touche éthique est très présente et le choix de l’origine des produit très importante. Finalement, une rencontre opportune avec José Miguel Abreu scellera le concept, et aboutira à une première collection complète, en nom propre présentée au salon de mode Homme de New York en début d’année 2012.

Véritable faire-valoir de l’héritage portugais, la ligne de vêtements pour cette saison hivernale 12/13 se veut chic tout en restant dans une gamme de prix abordables. On y trouve des pièces avec une touche classique, sans prétention, mais présentant une grande attention du détail et des matériaux de qualité.

« La chose la plus importante c’est la qualité et l’authenticité du processus ». On ressent une forte présence des techniques traditionnelles et de la collaboration avec les artisans locaux dans l’utilisation de tissus comme la laine, dans la fabrication des chaussures et de la broderie. Les coupes sont droites et les couleurs globalement neutres.

Prises par FILIPA ALVES , il se dégage des photos du lookbook un climat de plénitude et de respect qui illustre parfaitement l’aspect ancestral et indémodable des vêtements de la collection. Le choix de modèles d’un âge mûr renforce l’image d’une mode faite pour résister aux intempéries et durer dans le temps. Un bel objet gagne toujours à vieillir !

Pour surfer sur la tendance Cousteau (oui elle existe, les hipsters sont de grands amateurs de l’iconique bonnet rouge du capitaine), LaNicheDuRenard vous conseille le tee-shirt à ancre blanche pour explorer de nouveau territoires urbains.

Nous sommes certains que LAPAZ part avec de sérieux atouts à la conquête du milieu de la mode, et nous espérons qu’elle saura garder ses codes et son authenticité. Pour info, la future collection estivale réserve de très belles pièces, mais nous en reparlerons en temps voulu…

NORSE PROJECTS : FALL WINTER 2012 / 13

Pour notre plus grand plaisir NORSE PROJECTS  dévoile pour la saison hivernale 2012 un très bon lookbook, photographié par Jonas Bie dans le studio The Lab à Copenhague. La marque Danoise, qui fait du streetwear sont fer de lance depuis sa création en 2009 propose une nouvelle collection plus mature, alliant le chic au street. Tout en gardant son identité stylistique.

Chez NORSE, on porte le costume en laine idéalement coupé ; blazer cintré, et pantalon droit légèrement slimé. Couplé à la nouvelle veste Lindisfarne 2 et à la casquette, pièce emblématique de la marque ; la Vintage Wool Cap, en laine bien sûr, pour garder la tête au chaud en toutes circonstances (!)

La veste Elka Jacket sera encore là cette saison pour vous protéger des averses, déclinée en plusieurs coloris, flashy ou discrets. L’esprit jogging et running années 90 reste très présent dans le lookbook.

Nous sommes assez fans du BOB bien taillé, et aux motifs toujours très réussis chez NORSE, que ce soit sur les chemises, sur les casquettes, ou bien les bobs.

Pour les chaussures, on prendra quand même soin d’éviter tout usage malencontreux de BIRKENSTOCK. (question de principe) LaNicheDuRenard vous remercie par avance …

Les basiques colorés sont également de la partie, et la doudoune sans manches qui fit fureur l’an dernier s’impose encore comme une valeur sure, par exemple si vous adoptez un look de chasseur.

La classe en jogging c’est possible ! Grâce à un manteau caban marine et des mocassins à semelles en crêpe de chez YUKETEN.

Grosse tendance et gros retour du col roulé cette année. Pensez y !

L’esprit bucheron américain fera toujours partie des tendances cette saison. Chez LNDR, on commence gentiment à s’en lasser …

Le look classique NORSE PROJECTS selon nous : casquette Flat Wool Cap en laine, veste Nunk 2, pull Birnir multicolor, chemise Anton Corduroy, chino Arnkell Light. Footwear : Diemme.

Ça fonctionne toujours aussi bien ! 

On ne vous forcera pas non plus à porter ce pantalon. Le modèle n’y a semble t’il pas survécu…. Bonne journée !

INVESTIGATION AU SALON (CAPSULE) PARIS

C’est dans une toute nouvelle localisation, en bord de Seine à la Cité de la Mode et du Design, que s’est déroulé il y a deux semaines le salon CAPSULE. Une fois de plus, les exposants présents pour cette édition nous ont dévoilé les lignes directrices qui feront la saison SS/13.

Carrefour des tendances, l’événement catalyse l’énergie des jeunes marques fraichement établies en les positionnant à coté de celles déjà installées dans le paysage du prêt-à-porter, à l’intersection entre les influences streetwear et la culture héritage. Parmis les thèmes récurrents que l’on retrouve dans bon nombre des collections, la recherche du détail et des finitions tiennent le haut du pavé.

 

Les couleurs vives sont présentes sur une grosse majorité des stands et se retrouvent sur les pièces de chez les hollandais de ONTOUR, marque qui assume à fond son environnement ‘green culture’ et qui nous le prouve en distribuant des graines de citrouille.

L’esprit workwear, lui, est magnifiquement personnifié par les parisiens de BLEU DE PANAME. Et c’est une collaboration avec MOLESKINE, résultat d’un travail sur le thème de la toile denim, qui est mise en avant sur les lieux transformés pour l’occasion en camp militaire aux couleurs de la marque au logo à la faucille croisée.

LONDON UNDERCOVER intègre l’imprimé camo à ses parapluies, cassant ainsi avec l’image utilitaire traditionnelle accordée à l’objet. La qualité de fabrication est de mise, avec des manches en bois dont certains modèles sont gravés des têtes d’animaux comme dans la plus pure tradition ‘countryside’ anglaise.

On ressent comme une sensation de dépaysement à la vue d’un des créateurs de MONITALY avec sa tenue de travail en cuir. La chemise à manches courtes se pare d’imprimés tribaux africains et motifs végétaux pour la marque installée à Hermosa Beach en Californie.

Situés sur l’autre côte du continent américain, à l’épicentre des tendances, les new-yorkais de SHIPLEY & HALMOS, dans un style épuré, revisitent le vestiaire américain en se distinguant par le choix des matériaux et la qualité du résultat.

Comment ne pas parler de la tendance néon après avoir vu les motifs qui ornent la gamme de sweats et tee-shirts de la marque KITSUNE TEE.

Niveau chaussures, la firme italienne DIEMME nous propose des modèles souples et très raffinés pour l’été, version allégée de leur modèle phare optimisé pour les chutes de neige.

En parallèle, ce sont les jeunes mexicains de chez MISC qui exposent pour la toute première fois leur collection de chaussures. L’héritage culturel de leur pays se ressent avec l’utilisation du motif aztèque ou encore d’une gomme spéciale qui rentre dans la composition de la semelle, pour une paire de sneakers plus légères, plus estivales.

Dans une approche semblable, une autre nouvelle marque qui a tout d’une grande, menée avec conviction par les italiens Alon Siman Tov et Max Bosio : YOUFOOTWEAR.

Et on termine par le très attirant stand MIANSAÏ, marque d’accessoires d’inspiration marines dont nous parlions déjà dans un précédent article.

Crédit photos : Benjamin Guetta & LNDR

INVESTIGATIONS AU SALON « MAN » PARIS

LaNicheDuRenard est allé roder ces derniers jours dans les majeurs salons mode parisiens qui ont eût lieu en parallèle de la Fashion Week SS/2013. Objectif de l’opération : vous dénicher les dernières tendances, les nouvelles marques, ainsi que quelques nouveautés avec comme ligne directrice de rester le plus pointu possible. Conserver l’état d’esprit qui nous est cher, pour privilégier les créateurs qui eux même se donnent comme objectif la bonne confection des vêtements, choix de belles matières, identité forte et amour de la création.

Nous ferons un article différent sur chaque salon (CAPSULE, MAN, TRANOÏ, WHO’S NEXT). Et pour commencer, nous avons choisi le salon coup de cœur de LNDR pour cette saison ; MAN ! Le plus intéressant selon nous, et le plus confidentiel, avec une marge de manœuvre photographique limitée sur la plupart des stands. Normal cela dit, puisqu’il s’agit de collections qui ne seront sur le marché qu’à partir de l’année prochaine.

Au niveau des imprimés, les influences marines sont toujours présentes chez le duo portugais composé par Andre Bastos Teixera et José Miguel Abreu, connu sous le nom LAPAZ. Ainsi que chez les français de MONT SAINT MICHEL. Tandis que le jacquard, dont on sentait l’essoufflement cette saison, ne sera définitivement plus de la partie l’an prochain.

Chez VANISHING ELEPHANT, nous retrouvons comme chaque saison de superbes chemises aux imprimés très esthétiques. Les desert boots en cuir seront encore présentes la saison prochaine, mais avec un traitement coloré dégradé sur le devant du pied, pour plus d’originalité. Des brogues bicolores, simples, fines et élégantes sont aussi du décors.

Chez P.A.M., l’esprit streetwear est très présent avec des vestes et chemises tie dye, des motifs pop art avec des bouteilles de cola et autres extravagances stylistiques qui pourraient faire penser à un vieux clip de Benny B.

Une collaboration inattendue se prépare entre les français de W.1910 (dont nous parlions déjà ici) et DC shoes. Collection que nous vous dévoilerons prochainement sur LaNicheDuRenard.

Belle découverte de pulls en maille et en lin par un Belge qui fait fabriquer en Écosse sous le nom de HOWLIN BY MORISSON. Créée en 2009 comme nouveau label de MORISSON (since 1981).

Côté accessoires, l’attention était portée sur les sacs fabriqués par l’espagnol Gonzalo Fonseca de chez STEVE MONO et on a pu aussi découvrir les petites pieces de maroquinerie de chez COLTESSE, nouveau domaine de prédilection de la marque qui a démarré sa ligne avec des tee-shirts et des chemises.